•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bolduc confirme qu'il y aura des regroupements de commissions scolaires

Autobus scolaire

Autobus scolaire

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Sans préciser l'ampleur de la restructuration du réseau, le ministre de l'Éducation, Yves Bolduc, confirme qu'il a l'intention de regrouper des commissions scolaires afin « d'améliorer l'organisation de services ».

À l'Assemblée nationale, en matinée mercredi, le ministre de l'Éducation à répondu de cette manière à une question de l'opposition caquiste : « On veut optimiser le réseau en faisant des fusions et, en même temps, on veut qu'il y ait plus de pouvoirs au niveau de l'école. Quoi demander de plus? »

Reconnaissant qu'il espère réaliser des économies d'échelle, le ministre Bolduc insiste sur la nécessité de réformer le réseau des commissions scolaires dans le but « d'augmenter la performance et améliorer la qualité des services ».

Il y a actuellement des petites commissions scolaires qui ne peuvent offrir tous les services de façon efficiente. En regroupant, on est capable de le faire.

Une citation de :Yves Bolduc

Le ministre Bolduc entend respecter une logique géographique, démographique et organisationnelle dans ses regroupements.

En après-midi mercredi, le ministre Bolduc a rencontré les dirigeants de la Fédération des commissions scolaires (FCSQ) à son bureau de Québec.

Au sortir de cette rencontre, la présidente de la FCSQ, Josée Bouchard, a fait savoir que bien des questions demeuraient encore sans réponse : « Est-ce qu'il [ le ministre Bolduc ] est capable de chiffrer les économies générées par d'éventuelles fusions? Quelle est la plus-value pour les élèves au Québec avec ces fusions-là? Est-ce qu'on va conserver la proximité des services? On n'a pas de réponses à ça », a-t-elle commenté. 

Éliminer des commissions scolaires

Des informations obtenues par Radio-Canada indiquent que le ministre Bolduc entend abolir 26 commissions scolaires. Il ferait ainsi passer le nombre de commissions de 72 à 46, soit 36 francophones, 7 anglophones et 3 à statut particulier.

Quant à la plus grande commission scolaire de la province, la Commission scolaire de Montréal (CSDM), elle subira une restructuration majeure.

Résignation et scepticisme

« Ça peut se faire, mais ça prendra du temps, parce qu'il y a des conventions collectives qui protègent les gens », explique la présidente de la Commission scolaire des Hautes-Rivières dans la région de Saint-Jean-sur-Richelieu, Andrée Bouchard. « Les gens sont en sécurité d'emploi. Alors ça va pouvoir se faire, peut-être par l'attrition à certains postes. » Mme Bouchard ajoute toutefois que les compressions imposées aux commissions scolaires depuis plusieurs années les avaient contraintes à envisager la fusion de certains services.

« Il n'y a pas d'économies à faire », estime le président de la commission scolaire Pierre-Neveu, dans les Laurentides, Normand Bélanger.

Il y a des modèles de commissions scolaires qui fonctionnent bien.

Une citation de :Normand Bélanger

M. Bélanger estime que le ministre aurait dû prendre le temps d'examiner les réalisations des commissions scolaires avant de sabrer dans les structures. Il aurait constaté que « nous avons fait consensus avec les organismes du milieu, les partenaires. On avait de bons résultats au niveau de la diplomation, du décrochage scolaire, de nos frais de gestion. Pourquoi changer un modèle qui est assez gagnant? ».

M. Bélanger croit que la réforme qu'imposera le ministre de l'Éducation coûtera « une fortune » à implanter et qu'elle mettra au moins quatre ou cinq ans à se mettre véritablement en place. Sans compter que les régions, qui feront les frais de la majorité de ces fusions, y perdent au change. Il précise que la réalité socioéconomique des ménages est bien différente d'une commission scolaire à l'autre dans les Laurentides. Il estime que les gens vont perdre un rapport de proximité avec leurs structures éducatives.

Je trouve qu'on perd beaucoup de pouvoirs dans les régions.

Une citation de :Normand Bélanger

Le ministre de l'Éducation aurait également dû reporter les élections scolaires puisque trois conseils de commissaires viennent d'être élus au moment où on s'apprête à fusionner les institutions, ajoute M. Bélanger. « C'est un manque de respect total envers ces gens-là [les commissaires élus] », a-t-il déploré. « Il aurait dû reporter les élections [scolaires], se faire une tête, consulter les gens et puis réorganiser le modèle au complet s'il le faut. »

Comme dans le secteur de la santé, le gouvernement Couillard envisage une réforme profonde du système éducatif. Les grands axes de cette réforme devraient être dévoilés après Noël, lorsque le ministre Bolduc déposera son projet de loi.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !