•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un virus serait responsable de la mort de milliers d'étoiles de mer sur la côte Pacifique

Une étoile de mer avec deux bras attaqués par le virus.

Cette étoile de mer touchée par le virus a été photographiée sur la côte de l'Orégon le 16 mai 2014.

Photo : La Presse canadienne / Elizabeth Cerny-Chipman/OSU

Radio-Canada

Les scientifiques ont isolé un virus qu'ils croient être à l'origine d'une maladie mystérieuse qui décime les étoiles de mer au large de la côte du Pacifique, du sud de la Californie jusqu'en Alaska, en passant par la Colombie-Briannique.

La maladie a tué des millions d'étoiles de mer en provoquant la désintégration de leurs bras en substance visqueuse.

Une variété du Densovirus serait la cause du syndrome de dépérissement des étoiles de mer, selon une étude publiée lundi dans le journal Proceedings of the National Academy of Sciences. Certaines espèces du Densovirus servent dans la lutte biologique contre les coquerelles. La famille du Densovirus comprend également le Parvovirus, qui s'attaque aux chiens.

Le microbiologiste marin de l'Université Cornell Ian Hewson explique que les chercheurs ont trouvé une plus grande quantité du virus dans les étoiles de mer malades que dans celles en santé et que plus la quantité de virus augmentait, plus l'étoile était malade. Les scientifiques ont également injecté un concentré de substances obtenues des étoiles de mer malades à des étoiles en bonne santé, et ces dernières ont développé le syndrome de dépérissement.

L'élément déclencheur toujours un mystère

Une autre étoile de mer infectée par le virus. Celle-ci a déjà perdu un bras et un autre est touché.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une autre étoile de mer infectée par le virus. Celle-ci a déjà perdu un bras et un autre est touché.

Photo : La Presse canadienne / Laura Anderson/UC Santa Cruz

Selon Ian Hewson, des milliers de bactéries et de virus vivent dans et sur les étoiles de mer. Les chercheurs ont soupçonné qu'un virus était à l'origine de la maladie en constatant que les étoiles de mer vivant dans des aquariums qui prennent leur eau directement dans la mer sont devenues malades. C'est le cas des étoiles de mer des aquariums de Vancouver et de Seattle. Toutefois, les étoiles de mer de musées qui utilisent des lumières ultraviolettes pour tuer les virus n'ont pas été touchées.

Le microbiologiste marin ajoute que les chercheurs ne savent pas encore ce qui a déclenché l'éclosion du virus. Celui-ci se trouve naturellement dans le plancton, dans les fonds marins sableux et chez les oursins de mer. Il a également été décelé dans des étoiles de mer conservées dans des musées depuis 1942.

Ian Hewson croit que l'éclosion pourrait être liée à une hausse importante de la population d'une espèce très touchée par la maladie, par une mutation du virus ou encore par des changements environnementaux. Certaines des espèces les plus touchées par ce virus sont de la même famille que les étoiles de mer, ce qui aurait pu rendre ces dernières plus vulnérables.

Les éclosions passées du syndrome de dépérissement des étoiles de mer ont touché de plus petits nombres d'individus de cette espèce, dans des secteurs géographiques plus restreints.

L'éclosion en cours a été décelée au cours de l'été 2013 dans le sud de la Californie et s'est depuis répandue jusqu'en Alaska. Une vingtaine d'espèces d'étoiles de mer sont touchées, surtout les étoiles ocrées, qui se trouvent dans les cuvettes de marée, et les solaster géants, qui possèdent jusqu'à 16 bras.

Des espèces gagnantes

Deux étoiles de mer touchées par le virus.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La diminution du nombre d'étoiles de mer va permettre aux moules de se multiplier, car ces dernières sont un de leurs aliments favoris.

Photo : La Presse canadienne / HO/Aquarium de Vancouver

L'important déclin des populations d'étoiles de mer sur la côte Pacifique va entraîner une redistribution des espèces dans les zones intertidales. La population de moules, un aliment de prédilection des étoiles de mer, connaîtra probablement un boom important.

Les oursins de mer vont aussi se multiplier, car ils font également partie du régime alimentaire des étoiles de mer. « Certaines zones qui étaient entièrement couvertes d'étoiles de mer sont désormais le royaume des oursins de mer », explique Ian Hewson. Cette multiplication des oursins de mer a, à son tour, décimé la population d'algue géante, un de leurs aliments favoris.

Le nombre d'étoiles de mer revient tranquillement à la normale sur la côte de l'Oregon, mais il faudra plusieurs années avant le retour à la normale sur la côte Pacifique en général, selon le microbiologiste marin.

Le rôle possible des changements climatiques

L'étude est très éloquente même si elle ne prouve pas hors de tout doute que le Densovirus est en cause, selon deux experts indépendants. Curtis Suttle, un expert en virus maritimes à l'Université de la Colombie-Britannique, et Bruce Menge, un professeur de biologie interactive de l'Université de l'État de l'Oregon, croient que l'augmentation de l'acidité de l'eau des océans et les changements climatiques pourraient être à l'origine du déclenchement de la dernière éclosion du virus au sein des populations d'étoiles de mer en les rendant plus vulnérables au virus.

Par contre, le réchauffement des océans ne serait pas un facteur, car l'éclosion du virus au large de l'Oregon a eu lieu dans des eaux plus froides que la normale pour le secteur, explique Bruce Menge.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Science