•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des mesures concrètes exigées pour augmenter l'immigration francophone en Ontario

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Le commissaire aux services en français de l'Ontario, François Boileau (à dr.), et le commissaire aux langues officielles du Canada, Graham Fraser, lancent un rapport conjoint sur l'immigration francophone. (18-11-14)

Le commissaire aux services en français de l'Ontario, François Boileau (à dr.), et le commissaire aux langues officielles du Canada, Graham Fraser, lancent un rapport conjoint sur l'immigration francophone. (18-11-14)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les commissaires Graham Fraser et François Boileau exigent que l'Ontario tire pleinement profit de l'immigration francophone. Ils ont déposé, mardi, un rapport conjoint demandant que le fédéral et la province adoptent des politiques et des programmes concrets en ce sens.

Parlant d'un « déséquilibre en immigration », le commissaire aux langues officielles du Canada et le commissaire aux services en français de l'Ontario souhaitent que leurs recommandations transforment l'immigration en un outil de développement pour les communautés francophones minoritaires, et ce dans toutes les provinces.

M. Boileau a rappelé que « le gouvernement de l'Ontario s'est fixé une cible de 5 % en matière d'immigration francophone. Pour atteindre cet objectif, il est impératif que les gouvernements fédéral et provincial prennent des mesures concrètes pour accroître l'immigration francophone en Ontario. »

On cherche à ce que les gouvernements [fédéral et provinciaux] travaillent ensemble. En Ontario, pour atteindre la cible de 5 %, c'est comme un tango, ça prend un partenaire pour danser.

François Boileau, commissaire aux services en français de l'Ontario

Ils recommandent à la province la création d'un groupe d'experts dont le mandat serait, entre autres, d'élaborer une stratégie pour recruter, former et intégrer les immigrants francophones.

Changements aux politiques d'immigration au pays

Les deux commissaires soulignent également l'inquiétude des communautés francophones générée par les modifications aux politiques d'immigration canadiennes.

Ils recommandent notamment au ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration « d'élaborer des outils et des incitatifs pour favoriser le recrutement et la sélection de travailleurs d'expression française et bilingues à l'extérieur du Québec et ainsi pallier les retards qu'ont connus les communautés francophones en matière d'immigration ».

« Souvent les immigrants pensent que le pays est totalement bilingue. [...] Puis il y a d'autres qui pensent que Toronto, c'est une ville anglophone, ou Hamilton, Winnipeg », ajoute Graham Fraser.

Si les immigrants ne sont pas dirigés vers des institutions francophones, ils vont être dirigés vers des institutions anglophones. Il faut corriger ça.

Graham Fraser, commissaire aux langues officielles du Canada

Par exemple, messieurs Fraser et Boileau font référence à l'entrée en vigueur en janvier prochain du système électronique « Entrée express ». Ce dernier permettra de recruter, d'évaluer et de sélectionner les immigrants qualifiés et les demandes de résidence permanente, dont les travailleurs qualifiés et les métiers spécialisés.

Des appuis de la FCFA

De son côté, la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada renchérit, estimant « qu'en matière d'immigration francophone, il est maintenant minuit moins une. »

Par voie de communiqué, la présidente Marie-France Kenny souligne que le système canadien d'immigration est en pleine réforme et que « c'est immédiatement qu'il faut mettre en place des outils pour appuyer l'immigration francophone. »

La FCFA demande notamment que le programme Entrée express comprenne des mesures favorisant l'immigration dans les communautés francophones et acadiennes.

Rappelons qu'Ottawa a aboli en septembre dernier le programme Avantage significatif francophone, qui simplifiait le processus d'embauche de travailleurs qualifiés d'expression française.

Pour lire le rapport conjoint des commissaires Graham Fraser et François Boileau :

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario