•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une clinique médicale pour clientèle démunie à Québec

Le reportage de Nicole Germain sur la clinique SPOT.

Une première clinique de santé réservée aux personnes marginales ouvre ses portes à Québec. Les services offerts à la clinique SPOT sont destinés à des patients qui ne sont pas rejoints par le système de santé.

Cinq médecins, trois dentistes ainsi que le personnel infirmier assurent le fonctionnement de la clinique mobile qui dessert principalement le territoire de la Basse-Ville et des quartiers Limoilou et Vanier.

Le Dr Maxime Amar explique que les professionnels de la santé vont se déplacer dans différents milieux chaque jour. « Chaque lundi on est à tel endroit, comme l'Archipel d'entraide ici. Le mardi soir, on est à Dauphine. Le mercredi, ce sera Au Relais d'espérance dans Limoilou et le jeudi après-midi on sera à la Maison revivre », dit-il.

Des services seront éventuellement offerts la fin de semaine à l'organisme l'Évasion et dans les HLM plus au nord du quartier Limoilou.

Même les patients sans carte d'assurance-maladie sont reçus à la clinique SPOT. « Il y a une partie de la clientèle qui reste toujours en dehors du système pour toutes sortes de raisons. Les gens souvent s'auto excluent ou alors se sentent rejetés des différents milieux où ils ont consultés », précise le Dr Amar.

Exclus du réseau

La directrice de l'Archipel d'Entraire, Diane Morin, confirme que plusieurs patients qui souffrent de problèmes de toxicomanie ou de santé mentale sont exclus du réseau de la santé à l'heure actuelle.

« On sait qu'il y a des cliniques sans rendez-vous qui vont fermer dans le secteur et on sait qu'il y a des besoins. Souvent, ces patients se sont vus refuser des services où l'attente est trop longue. Ils sont aussi dérangeants des fois, donc, ils ont eu des mauvaises expériences », raconte Mme Morin.

Des jeunes médecins résidents assureront aussi le suivi des patients à la clinique SPOT.

D'après un reportage de Nicole Germain

Québec

Santé