•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Israel répondra avec une « main de fer » à l'attentat, promet Nétanyahou

Les secours israéliens transportent le corps d'un des assaillants palestiniens d'une synagogue de Jérusalem, abattu par les policiers.

Les secours israéliens transportent le corps d'un des assaillants palestiniens d'une synagogue de Jérusalem, abattu par les policiers.

Photo : Getty Images / GALI TIBBON

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Deux Palestiniens armés d'une arme à feu et d'un hachoir ont tué quatre rabbins Israéliens et en ont blessé six autres mardi dans une synagogue de Jérusalem avant d'être abattus par la police.

Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a condamné cette agression dans un lieu de prière, tandis que le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a promis des représailles.

L'agression, la plus meurtrière perpétrée à Jérusalem depuis plusieurs années, a eu lieu au lever du jour dans un quartier ultra-orthodoxe de l'ouest de la ville.

Selon un témoin interrogé par Reuters, environ 25 personnes étaient rassemblées dans la synagogue quand des coups de feu ont retenti.

Trois des personnes tuées sont d'origine américaine, la quatrième est originaire de Grande-Bretagne. Un Israélien d'origine canadienne figure aussi parmi les blessés.

Un policier est également mort de ses blessures, quelques heures après l'incident.

Les deux agresseurs sont deux cousins palestiniens âgés d'une vingtaine d'années, habitant Jérusalem-Est. Les deux hommes travaillaient dans une épicerie située près de la synagogue.

On ignore pour le moment s'ils étaient au service d'une organisation terroriste. Des sites islamistes ont cependant diffusé leur photo.

La police israélienne considère l'attaque comme un « attentat terroriste ».

Des photos diffusées sur Internet par l'armée israélienne montrent un homme vêtu d'un châle de prière gisant à terre. On y voit également un hachoir couvert de sang et des tables de prière renversées.

À la radio palestinienne, on présente les assaillants comme des « martyrs » et le Hamas leur a rendu hommage.

Benyamin Nétanyahou promet de dures représailles

Dans une allocution à la télévision israélienne, le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, a promis de répliquer durement à cette attaque terroriste. 

Prévenant ses concitoyens que la guerre au terrorisme sera « longue et difficile », Benyamin Nétanyahou a rappelé qu'il avait ordonné de détruire dans les plus brefs délais les maisons des deux terroristes. 

« Nous allons réagir d'une main de fer aux meurtres odieux de juifs venus prier, commis par d'ignobles assassins », a écrit le chef du gouvernement israélien plus tôt, dans un communiqué.

Pour Benyamin Nétanyahou, « il s'agit du résultat direct des appels à la violence du Hamas et d'Abou Mazen, des appels que la communauté internationale a ignorés de façon irresponsable ». Abou Mazen est le « nom de guerre » de Mahmoud Abbas, président de l'Autorité palestinienne.

Pour le président de l'Autorité palestinienne, « le moment est venu de mettre fin à l'occupation et aux motifs de tensions et de violences, et nous sommes décidés à trouver une solution juste, fondée sur le principe de deux États conforme au droit international ».

Dénonciation internationale

Le secrétaire d'État américain John Kerry, en visite à Londres, a quant à lui dénoncé un acte de « terrorisme pur ». « Cela n'a tout simplement pas sa place dans le genre humain », a-t-il dit à la presse.

Jérusalem : regain de tension

Escalade de la tension dans la région

Cette attaque survient dans un contexte de tensions exacerbées en Israël, en Cisjordanie et à Jérusalem, où les affrontements entre policiers israéliens et manifestants
palestiniens sont quasi quotidiens.

Lundi, un chauffeur de bus palestinien a été retrouvé pendu dans son véhicule à Jérusalem. La police israélienne assure, autopsie à l'appui, qu'il s'agit d'un suicide, ce que la famille de la victime conteste. Ce nouveau décès a donné lieu à de nouveaux affrontements et le Hamas a appelé à venger la mort du chauffeur.

Israël facilitera le port d'armes

Les autorités israéliennes faciliteront le port d'armes de certains citoyens en éliminant certaines restrictions légales. Le gouvernement veut faciliter l'autodéfense de ses citoyens à la suite de l'attaque dans la synagogue de Jérusalem. Le ministre de la Sécurité intérieure, Yitzhak Aharonovich, a indiqué que les détenteurs d'un permis de port d'arme – comme les officiers de l'armée et les gardiens de sécurité – seront autorisés à rapporter leur arme à la maison.

Au cours du mois écoulé, cinq Israéliens et un touriste étranger ont été tués à l'arme blanche et à la voiture-bélier par des Palestiniens. Une demi-douzaine de Palestiniens, dont les auteurs présumés de ces agressions, ont parallèlement trouvé la mort.

L'assassinat en juillet d'un adolescent palestinien en représailles à l'enlèvement et au meurtre de trois adolescents juifs en Cisjordanie est présenté comme le facteur qui a déclenché ce nouveau cycle de tensions, alimenté depuis par la guerre dans la bande de Gaza et le conflit sur l'accès à l'esplanade des Mosquées, appelé mont du Temple par la communauté juive.

Israël-Palestiniens, les racines d'un conflit. Consultez notre dossier.
Avec les informations de Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !