•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les organismes communautaires du Québec se mobilisent contre l'austérité

24/60 : Entrevue avec Mercedes Roberge
Radio-Canada

Près de 3000 organismes communautaires oeuvrant en santé et en services sociaux à travers le Québec ont fermé leurs portes lundi afin de descendre dans la rue pour dénoncer les politiques d'austérité du gouvernement libéral de Philippe Couillard et demander l'augmentation du financement qui leur est alloué.

Le milieu communautaire demande une augmentation de son financement de 225 millions de dollars par année.

« On a constaté qu'entre les montants que les organismes demandaient pour leurs subventions et les montants qu'ils recevaient, il y avait un écart de 225 millions. Ça fait plusieurs années que cet écart est là. D'une année à l'autre, il y a à peine une indexation annuelle, et les besoins augmentent », indique Mercedes Roberge, coordonnatrice de la Table des regroupements provinciaux d'organismes communautaires et bénévoles.

À Montréal, une grande marche a été organisée, à laquelle ont participé des milliers de personnes. Les participants sont partis de la place Émilie-Gamelin et ont marché jusqu'à la place des Festivals, afin de tenter de profiter un peu de la visibilité de l'événement Je vois Montréal, qui se tient à la Place des Arts et qui vise à revitaliser la ville.

Des événements ont aussi eu lieu en région, où des manifestants se sont notamment rendus aux bureaux de leurs députés.

L'austérité fait augmenter les besoins

Mercedes Roberge explique que le sous-financement fait craindre le pire pour les années à venir, en raison de l'impact appréhendé des mesures d'austérité qui risquent, par ricochet, d'augmenter les besoins de la population.

« Ce qu'on craint surtout, c'est de ne pas pouvoir avancer. Il y a déjà des organismes qui ferment leurs portes pendant l'été, qui mettent à pied des personnes pour des périodes plus ou moins longues. Ce n'est pas une solution, mais c'est l'obligation à laquelle ils sont acculés, particulièrement à Montréal », déplore-t-elle.

À peine 2 % du budget total du secteur de la santé et des services sociaux est attribué aux organismes communautaires oeuvrant dans le milieu, selon les chiffres mis de l'avant par les organisateurs de la manifestation montréalaise.

Société