•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des milliers de personnes manifestent leur soutien à Radio-Canada

Le reportage de Michel Marsolais
Radio-Canada

Des manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes dimanche en appui à Radio-Canada, menacée par des compressions majeures. 

À Montréal, plusieurs milliers de citoyens ont marché pendant plus de deux heures dans les rues, avant de terminer leur parcours devant la Maison de Radio-Canada.

Des milliers de personnes ont manifesté dimanche midi en soutien à Radio-Canada.Des milliers de personnes ont manifesté dimanche midi en soutien à Radio-Canada. Photo : Marie-Eve Maheu

Radio-Canada/CBC est aux prises avec des compressions sans précédent depuis les dernières années. D'ici cinq ans, le quart des postes auront été abolis. Même la tour de Radio-Canada est à vendre. 

L'instigateur du rassemblement est un citoyen, Nicolas Bédard, qui a lancé l'invitation sur Facebook. Selon lui, la population tient plus que jamais à son diffuseur public.

On est en train de couper dans l'essentiel de la culture francophone en Amérique du Nord quand on coupe dans Radio-Canada. C'est une artère vitale de notre culture, de notre identité. C'est notre source d'information la plus objective, la plus indépendante.

Nicolas Bédard

« Ce qui est magnifique, c'est qu'aujourd'hui c'est une manifestation citoyenne. Ce sont des citoyens qui ont pris ça en main », se réjouit Pierre Maisonneuve, qui a travaillé à Radio-Canada pendant plus de 40 ans et qui est aujourd'hui porte-parole de Tous amis de Radio-Canada. 

Des personnalités ont aussi marché pour défendre le diffuseur public. 

« C'est la moindre des choses qu'on soit là ensemble et qu'on signifie que ce n'est pas possible de faire ce qu'on essaie de faire avec Radio-Canada », estime le chanteur Marc Hervieux. « C'est idéologique, renchérit l'animatrice Marie-France Bazzo. Ce ne sont pas des coupes normales, ce sont des coupes idéologiques et pour ça, il faut se tenir debout. »

Radio-Canada a toujours été un phare, non seulement pour le développement culturel, mais pour le développement social, politique et économique du Québec.

Alexandre Dumas, ex-journaliste à Radio-Canada

C'est évident que pour atteindre une qualité d'information, ça demande des fonds publics.

Serge Ménard, avocat-criminaliste

Les nombreuses mises à pied, les fermetures de studios et, plus récemment, du plus grand costumier en Amérique du Nord, inquiètent les défenseurs de la société d'État.

Plusieurs politiciens se sont aussi joints à la manifestation. « Moi, je pense que le gouvernement du Québec ne peut pas rester silencieux quand un des principaux artisans de notre culture nationale est en train d'être démantelé par le gouvernement conservateur », dit le député Jean-François Lisée, candidat à la direction du Parti québécois.

Selon le député du Parti libéral du Canada, Stéphane Dion, le gouvernement Harper « poursuit un acharnement idéologique contre Radio-Canada ». « Les conservateurs souhaiteraient privatiser Radio-Canada, mais comme ils ne peuvent pas le faire directement parce que les gens ne l'accepteraient pas, ils le font à petit feu », croit M. Dion. Il assure que son parti est déterminé à protéger le diffuseur public.

Couillard dit comprendre les efforts budgétaires

De Québec, le premier ministre Philippe Couillard s'est dit inquiet pour l'avenir de l'information régionale, mais affirme tout de même comprendre que Radio-Canada doit faire des « efforts de redressement budgétaire », alors que son gouvernement coupe dans de nombreux programmes. 

Vous pensez quoi de ce qui se passe à Radio-Canada, du rouleau compresseur? lui demande une journaliste. « Je comprends les efforts. S'il y a bien quelqu'un qui comprend les efforts de redressement budgétaire, c'est moi », dit-il.

Le premier ministre se montre cependant très préoccupé par la « fonction de diffuseur régional » de Radio-Canada. « Moi, j'habite en région et je tiens à ce qu'il y ait une information régionale de qualité. Je veux également que les francophones hors Québec continuent d'avoir l'information dans notre langue. »

Il fait un parallèle avec ce que son gouvernement tente de faire dans un contexte d'austérité budgétaire, qui est dit-il « de définir l'essentiel et de concentrer l'investissement sur l'essentiel ». « Maintenant, je n'ai pas de conseil à donner à la direction de Radio-Canada », conclut-il. 

Ailleurs au Québec et au pays

Des centaines de personnes ont également manifesté leur appui à Radio-Canada ailleurs au Québec, notamment à Québec, Sherbrooke, Saguenay, Rimouski, Matane et Gaspé, ainsi qu'à Moncton, au Nouveau-Brunswick. 

Le député néo-démocrate d'Acadie-Bathurst, Yvon Godin, qui a participé au rassemblement à Moncton, plaide pour un meilleur financement du diffuseur public. « Ça m'écoeure de voir que les libéraux ont fait des compressions de 250 millions de dollars en 1998, et que les conservateurs coupent maintenant 115 millions de dollars. On ne peut pas accepter ça. (...) Toutes les démocraties donnent de l'argent à leur diffuseur public. »

Dans un communiqué publié vendredi, le président de CBC/Radio-Canada, Hubert Lacroix, se dit rassuré par l'attachement de la population à son diffuseur public, mais explique que la société est engagée dans un processus de transformation vers un nouvel univers médiatique.

Pour revoir notre couverture en direct sur votre appareil mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre).

Manifestations pour la survie de Radio-Canada : entrevue avec Nicolas Bédard et Vincent Bilodeau

Société