•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les carrefours jeunesse-emploi de la Mauricie lancent un cri du coeur

Les Carrefours jeunesse-emploi de la Mauricie

Les Carrefours jeunesse-emploi de la Mauricie

Photo : Carrefours jeunesse-emploi

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les carrefours jeunesse-emploi de la Mauricie qualifient de « désorganisation totale » les compressions du gouvernement Couillard.

Selon les cinq bureaux régionaux de Carrefour jeunesse-emploi, quatre jeunes adultes sur cinq ne seraient plus desservis à compter du 1er avril 2015 si le ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, maintient sa position actuelle.

Les carrefours jeunesse-emploi ne recevraient de l'argent que pour les cas qui lui sont adressés par Emploi Québec, soit les jeunes âgés de 18 à 35 ans, prestataires de l'assurance-emploi ou assistés sociaux. Les jeunes de 16 et 17 ans, les gens déjà à l'emploi ou ceux qui ont facilement accès au marché du travail n'auraient plus accès aux carrefours. Pour le moment, ces derniers représentent environ 75 % de la clientèle en Mauricie.

Ce sera catastrophique comme impact sur les jeunes adultes du comté.

Une citation de :directeurs généraux des carrefours jeunesse-emploi de la Mauricie

« Il s'est perdu plus de 82 000 emplois au Québec depuis l'élection du Parti libéral le 7 avril 2014 et le taux de chômage est à 14,1 % chez les jeunes de moins de 24 ans. Nous avons besoin de tous les jeunes sans exception », ont fait savoir les directions générales des carrefours jeunesse-emploi de la région, par voie de communiqué.

Nous n'avons pas le luxe d'en exclure un seul

Une citation de :directeurs généraux des carrefours jeunesse-emploi de la Mauricie

Les carrefours jeunesse-emploi demandent donc aux cinq députés de la Mauricie d'intervenir auprès du ministre François Blais afin d'empêcher une baisse du financement de l'organisme.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !