•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de consensus sur l'emplacement de la statue de Georges Forest

Le président du comité du monument Georges Forest, Marcien Ferland

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada

Le consensus tant attendu sur l'emplacement de la statue de Georges Forest n'a pas eu lieu à l'issue de la consultation publique organisée jeudi soir. Les membres de la communauté s'étaient donné rendez-vous à l'Université de Saint-Boniface pour discuter de la question.

Une vingtaine de personnes a participé jeudi soir à la rencontre publique sur l'emplacement de la statue de Georges Forest.

Une vingtaine de personnes a participé jeudi soir à la rencontre publique sur l'emplacement de la statue de Georges Forest.

Photo : Claudie Émond/Radio-Canada

Une vingtaine de personnes ont participé à la consultation publique organisée par le comité du monument Georges Forest. Le but de la rencontre était de trouver un consensus concernant l'emplacement de la statue de ce leader de la communauté.

Deux camps s'opposent : les partisans en faveur de la statue dans le parc Provencher et ceux qui sont pour que la statue soit construite sur l'Esplanade Riel, non loin du Musée canadien pour les droits de la personne.

Malgré des discussions animées, le choix du lieu de la future statue est loin de faire l'unanimité.

Le président du comité du monument, Marcien Ferland, a proposé un compromis pour rallier les citoyens présents. « Ma synthèse, c'était qu'on plante la statue là où elle est autorisée et qu'on la mette ailleurs si la population le désire plus tard. Ce qui nous permet au moins d'avancer parce que là, on a les mains liées ».

Marcien Ferland, président du comité du monument Georges Forest lors de la rencontre publique sur l'emplacement de la statue.

Marcien Ferland, président du comité du monument Georges Forest lors de la rencontre publique sur l'emplacement de la statue.

Photo : Claudie Émond/Radio-Canada

Selon lui, la situation actuelle retarde le lancement de la deuxième phase de la campagne de financement de la statue. « Parce que les gens vont demander où va la statue », a-t-il affirmé.

La proposition n'a pas permis de rallier les participants à la rencontre. Pour Justin Johnson, président du Conseil jeunesse provincial (CJP), d'autres consultations devraient être organisées avant de prendre une décision.

Le CJP a lancé une pétition pour demander que la statue soit construite sur l'Esplanade Riel. Justin Johnson pense qu'il faut une autre consultation publique sur les autres emplacements. « On en a entendu d'autres emplacements ce soir. Donc, il faut avoir cette discussion-là. Le comité doit être ouvert à toutes ces propositions et voir de quoi auront l'air tous ces emplacements-là », a-t-il dit.

De son côté, Gabriel Forest, le frère de Georges Forest, pense que le projet d'installer une statue ne doit pas être précipité. « Si ça ne se fait pas demain, ça pourra se faire l'année d'après. Ça peut se faire dans cinq ans. Éventuellement, il va y avoir une statue de Georges », a-t-il soutenu.

Selon lui, ce qui est ressorti de la rencontre de jeudi soir, c'est que si les choses doivent être bien faites et que si cela doit prendre prend du temps, qu'on le prenne.

Le comité du monument dit qu'il prendra en compte tous les points de vue, mais il ne s'est pas prononcé sur la suite des choses.

Manitoba

Francophonie