•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Harper accueilli en ami à Auckland

Stephen Harper exécute la salutation de bienvenue en pressant son nez sur celui d'un guerrier Maori.

Stephen Harper exécute la salutation de bienvenue en pressant son nez sur celui d'un guerrier Maori.

Photo : AP/Dean Purcell

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le premier item à l'ordre du jour du premier ministre durant sa visite en Nouvelle-Zélande : frottez son nez contre celui des dignitaires maoris du gouvernement.

Un texte de Daniel ThibeaultTwitterCourriel

L'accueil d'un chef d'État ou de gouvernement est toujours un moment très protocolaire empreint des traditions du pays hôte : la cérémonie d'accueil de Stephen Harper en Nouvelle-Zélande n'a pas fait exception à la règle.

Le rituel, qui se nomme « Powhiri », est ancré dans les traditions des Maoris, un peuple autochtone de la Nouvelle-Zélande. Ces derniers représentent environ 15 % de la population du pays.

Un rituel complexe

À leur arrivée, le premier ministre et son épouse ont été accueillis par le « Kaumatua » et la « Kuia ». Ces derniers ont pris les mains de leurs invités et se sont frottés doucement nez contre nez. Le rituel se nomme « Hongi ».

Le premier ministre a ensuite été dirigé vers un groupe de guerriers maoris qui ont exécuté une danse tribale. Le meneur du groupe a déposé une fléchette au sol devant Stephen Harper afin de déterminer s'il venait en ami ou en ennemi. En prenant la fléchette au sol d'une façon qui n'était pas menaçante, Stephen Harper a signalé à ses hôtes qu'ils n'avaient rien à craindre.

Les guerriers ont lancé un cri de bienvenue, le « Karanga », suivi de la danse du « Haka Powhiri », avant de laisser passer le couple Harper, qui a rejoint le gouverneur général et son épouse pour poursuivre les cérémonies officielles avec l'hymne national et la revue de la garde.

Commerce et sécurité au menu

Stephen Harper est ensuite allé déposer une couronne de fleurs au monument de la guerre de la Nouvelle-Zélande, avant sa rencontre avec son homologue, le premier ministre John Key.

Le premier ministre de Nouvelle-Zélande John KeyAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le premier ministre de Nouvelle-Zélande John Key

Photo : Ng Han Guan

Les deux hommes partagent une pensée conservatrice et s'entendent relativement bien dans une série de dossiers. On s'attend à ce qu'ils discutent entre autres de la situation en Irak et en Ukraine et de commerce international.

La Nouvelle-Zélande, qui comme le Canada fait partie des négociations pour un Partenariat Trans-Pacifique (PTP), pourrait aussi aborder la question des tarifs imposés par Ottawa sur les importations de produits laitiers.

En tant que plus grand exportateur mondial de produits du lait, la Nouvelle-Zélande a déjà ouvertement critiqué le système de gestion de l'offre qui existe dans ce secteur au Canada, allant même jusqu'à s'opposer il y a trois ans à ce que le Canada joigne les négociations.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !