•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec défend le choix de son nouveau délégué à New York

Jean-Claude Lauzon
Jean-Claude Lauzon Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

La ministre des Relations internationales, Christine St-Pierre, réfute tout soupçon de partisanerie dans la désignation de Jean-Claude Lauzon à la tête de la Délégation générale du Québec à New York, en remplacement de Dominique Poirier.

Pour la ministre, c'est le profil économique de M. Lauzon qui a dicté le choix du gouvernement et non pas de prétendues accointances de celui-ci avec le Parti libéral du Québec.

L'opposition péquiste n'a pas été convaincue pour autant, jugeant partisane la décision de rapatrier l'actuelle déléguée à New York, qui avait été nommée il y a un an par le gouvernement Marois.

Pour Stéphane Bédard, le chef de l'opposition officielle, Dominique Poirier n'a pas été maintenue à son poste, car elle n'est pas d'allégeance libérale.

Dominique PoirierDominique Poirier Photo : Radio-Canada.ca

De son côté, le principal intéressé, Jean-Claude Lauzon, estime que son passé de consultant stratégique le prédispose à occuper les fonctions de délégué général du Québec à New York, même s'il n'a pas d'expérience en diplomatie.

Âgé de 65 ans, M. Lauzon est psychologue de formation et a travaillé pendant des années comme chasseur de têtes et consultant en gestion pour de grandes firmes internationales.

S'il dit ne pas être membre du Parti libéral du Québec, il admet qu'il connaît de longue date le ministre de l'Économie, Jacques Daoust.

Rappelons que Dominique Poirier, une ancienne journaliste de Radio-Canada, devient commissaire aux relations internationales et relèvera encore du ministère des Relations internationales du Québec ainsi que de la Ville de Montréal.

Son rapatriement s'inscrit dans un mouvement dans les délégations du Québec à l'étranger, dont celles de Londres, de Boston ou de Mexico.

Politique