•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de gènes associés à l'extrême longévité

Une femme âgée

Photo : iStockphoto

Radio-Canada

Une vingtaine de grands centenaires comptant parmi les personnes les plus âgées de la planète ont vu leurs génomes séquencés dans le but de découvrir les secrets génétiques d'une longévité exceptionnelle. Résultat : Les chercheurs n'ont pas trouvé de variations génétiques spécifiques liées à une extrême longévité.

Le généticien Hinco Gierman et ses collègues de l'Université Stanford, en Californie, ont effectué le séquençage complet du génome de 17 de ces grands centenaires, mais n'ont pas trouvé de variations génétiques rares produisant des protéines qui pourraient expliquer leur longévité.

Même si ces résultats ne permettent pas de mieux cerner les mécanismes biologiques de la longévité, les auteurs ont quand même rendu public le séquençage de ces génomes pour de futures recherches.

La chute du taux de natalité et la forte augmentation de l'espérance de vie font que la population américaine vieillit rapidement. Selon le Bureau du recensement, un Américain sur cinq aura plus de 65 ans d'ici 2050, et au moins 400 000 seront alors centenaires.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue PLOS 1.

Le saviez-vous?

Pas moins de 74 grands centenaires ont été recensés sur la planète. Tous ont plus de 110 ans, et de ces personnes, les plus vieilles de l'humanité, 22 vivent aux
États-Unis.

Avec les informations de Agence France-Presse

Science