•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Faux « soldat » lors du jour du Souvenir : la police enquête

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Le ministère de la Défense nationale affirme que Franck Gervais, qui a accordé une entrevue à CBC lors des célébrations du jour du Souvenir, n'est pas un membre des Forces canadiennes.

Le ministère de la Défense nationale affirme que Franck Gervais, qui a accordé une entrevue à CBC lors des célébrations du jour du Souvenir, n'est pas un membre des Forces canadiennes.

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Service de police d'Ottawa (SPO) a lancé une enquête après qu'un imposteur se faisant passer pour un militaire eut accordé une entrevue à CBC lors des cérémonies du jour du Souvenir, mardi, au Monument commémoratif de guerre du Canada.

Le porte-parole Charles Benoît explique que l'enquête porte sur « l'emploi illégitime d'un uniforme et de certificats militaires ».

Le ministère de la Défense nationale affirme que Franck Gervais, qui portait un uniforme et des médailles militaires, n'est pas un membre des Forces canadiennes.

Après avoir vu M. Gervais parler à la télévision en se présentant comme un « sergent », des anciens combattants et des militaires ont appelé CBC en mettant en doute son statut de « soldat ».

Le ministère de la Défense nationale rappelle que porter un uniforme militaire sans autorisation est un crime.

« Personnifier faussement un membre des Forces canadiennes est une question sérieuse et qui est couverte par l'article 419 du Code criminel [trad. libre] », souligne un porte-parole du Ministère dans un courriel.

Article 419 du Code criminel

Quiconque, sans autorisation légitime, dont la preuve lui incombe, selon le cas :

a) porte un uniforme des Forces canadiennes ou d'autres forces navales, forces de l'armée ou forces aériennes ou un uniforme qui ressemble à celui de l'une de ces forces au point d'être pris vraisemblablement pour ce dernier;

b) porte une marque distinctive concernant des blessures reçues ou du service accompli dans une guerre, ou une médaille, un ruban, un insigne ou un chevron militaire, ou toute décoration ou ordre accordé pour services de guerre, ou une imitation de ce qui précède, ou toute marque, tout emblème ou toute chose susceptible d'être prise pour l'une de ces distinctions honorifiques;

[...]

est coupable d'une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire.

« De telles actions causent un tort aux hommes et aux femmes qui servent fièrement au sein des Forces canadiennes, qui gagnent le droit de porter l'uniforme grâce à leur travail dévoué et aux sacrifices qu'ils font pour notre pays. »

Selon un spécialiste interrogé par CBC, la barbe et le béret rouge grenat que portait Franck Gervais contreviennent aux normes établies dans l'armée.

Le couple a reçu des menaces

Jeudi, un journaliste de CBC s'est présenté au domicile de Franck Gervais. Sa femme a répondu à la porte et a affirmé avoir reçu des « menaces de mort et de représailles physiques ».

« Ce qui s'est passé, c'est qu'on s'est retrouvés piégés par votre journaliste, puis que maintenant, on se retrouve [...] avec des menaces », a-t-elle dit.

Elle a également déploré le fait que des photos de leur mariage, où M. Gervais porte un uniforme militaire, aient été diffusées.

Mon époux ne veut pas répondre, pour le moment, aux questions des journalistes [...] surtout CBC.

Conjointe de Frank Gervais

Quand on lui a demandé si M. Gervais entendait s'expliquer par écrit, sa conjointe a répondu « oui, on peut voir ça ».

Elle n'a toutefois pas été en mesure d'expliquer pourquoi son mari portait un uniforme et des médailles militaires lors des cérémonies du jour du Souvenir.

CBC s'explique

Mercredi, le diffuseur public a publié un communiqué sur l'événement.

« Au cours de l'importante couverture de CBC des commémorations du jour du Souvenir à Ottawa, nous avons interviewé de nombreux vétérans et membres des Forces canadiennes. Ceux-ci incluaient un homme qui se trouvait dans un groupe de personnes en uniformes. Aux yeux d'un civil, il semblait être un véritable soldat [trad. libre] », peut-on y lire.

« Nous avons depuis appris qu'il ne l'était pas, que son uniforme était incorrect et qu'il portait des médailles qu'il n'a pas méritées. Tout cela a été porté à notre attention par des vétérans et des membres des Forces canadiennes, qui étaient, nous pouvons le comprendre, furieux de voir ce soldat imposteur. Nous regrettons cette situation et tentons d'en apprendre plus sur cet homme. »

D'après les informations de CBC (Nouvelle fenêtre)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !