•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Centre de tri de haute technologie à Saint-Augustin

Travail des téléphonistes de différentes entreprises devant des standards téléphoniques.(1930 à 1976)

Radio-Canada

Un nouveau centre de tri et de valorisation ouvre ses portes dans un complexe de haute technologie dans le parc industriel de Saint-Augustin-de-Desmaures.

Érigé au coût de 20 millions de dollars par l'entreprise AIM Éco-Centre, le nouveau centre de tri de matériaux secs est l'un des plus importants du genre en Amérique du Nord.

Un imposant tamis rotatif et quatre lecteurs optiques permettent le tri de plus de 50 tonnes de matériaux secs, du fer et des métaux non-ferreux, chaque heure.

Le bois, notamment, qui passait auparavant à la déchiqueteuse, peut désormais avoir une seconde vie, dit Jean Saint-Pierre, directeur général d'AIM Éco-Centre.

Le centre de tri permet de récupérer le bois.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le centre de tri permet de récupérer le bois.

Photo : Nicole Germain/Radio-Canada

« Avec une lumière au laser, l'appareil lit le produit qui passe. Quand c'est du bois, il y a des jets qui font sauter le produit sur le deuxième convoyeur et tout ce qui n'est pas le bois tombe sur un convoyeur dans un endroit différent », explique-t-il.

En tout, 90 % du triage et de la transformation sont automatisés. Le centre valorise les matériaux de construction, de rénovation et de démolition de la grande région de Québec et d'une partie de l'est de la province.

La récupération du cuivre notamment peut être très profitable, souligne M. Saint-Pierre.

« Le cuivre peut valoir jusqu'à 3 $ la livre, donc environ 6000 $ la tonne. Ce produit-là est retourné à Montréal dans un autre centre de tri de AIM. On enlève le plastique qui est là-dessus et le cuivre est séparé et revendu à des entreprises généralement européennes. »

Le complexe de haute technologie est également doté d'un système de dépoussiérage ainsi que de salles fermées chauffées et climatisées afin d'assurer le bien-être des employés. 

Le centre embauche une soixantaine de travailleurs et prévoit embaucher une quinzaine de travailleurs supplémentaires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Économie