•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le soir où Johnny Cash est venu à Rouyn-Noranda

Johnny Cash en concert à Rouyn-Noranda, 11 novembre 1992

Johnny Cash en concert à Rouyn-Noranda, 11 novembre 1992

Photo : Laurent Sirard

Radio-Canada

Il y a 22 ans, le 11 novembre 1992, le légendaire Johnny Cash venait donner un concert à l'aréna Dave-Keon de Rouyn-Noranda. Il va sans dire qu'il s'agit du plus grand nom de l'histoire de la musique à avoir foulé le sol de la ville. Ironiquement, on trouve très peu d'archives entourant le passage du chanteur en Abitibi-Témiscamingue.

Un texte de Félix B. DesfossésTwitterCourriel 

Durant l'automne 1992, Johnny Cash était en tournée américaine. L'instant de quatre dates, il a traversé la frontière pour donner quelques concerts en Ontario, à North Bay, Timmins et Sault-Sainte-Marie. Habitué aux tournées dans les villes minières du nord de l'Ontario, Cash y jouait déjà dès la fin des années 1950. En 1992, la rumeur de son passage en Ontario était arrivée aux oreilles de deux importants Rouynorandiens.

Au cours des décennies 1980 et 1990, Laurent Sirard, animateur-vedette de l'émission Le son de Nashville, diffusée à Radio-Nord, était le plus important porte-voix de la culture country de la région. M. Sirard rêvait de rencontrer un jour l'homme en noir. Il se souvient des circonstances qui l'ont mené à organiser le concert.

Lors de mes voyages à Nashville, j'ai été à trois reprises à la maison de Johnny Cash, mais on ne pouvait pas approcher la maison parce qu'il y avait des gardes armés. L'histoire de Johnny Cash m'a toujours fasciné. [...] Quand je faisais mes émissions, j'étais un bon copain de Gilles Laperrière, on parlait souvent ensemble. Il m'a dit : "Laurent, que penserais-tu de faire venir Johnny Cash?" J'ai dit : "C'est un gros contrat de faire venir Johnny Cash! Je ne sais pas si on va réussir ça." Gilles est parvenu à avoir la personne qui s'occupait de Johnny Cash. C'est comme ça qu'on a réussi à le faire venir à l'aréna en 1992.

Laurent Sirard, animateur radio

C'est donc un ami de Laurent Sirard, Gilles Laperrière, qui avait été mis au parfum de la tournée de Johnny Cash en Ontario. Gilles Laperrière, frère du hockeyeur Jacques Laperrière, est un homme très important pour l'histoire du hockey en Abitibi-Témiscamingue. Il était alors responsable de l'aréna Dave-Keon de Noranda, aujourd'hui l'aréna Iamgold.

Gilles Laperrière et Laurent Sirard ont formé une équipe pour produire ce spectacle d'envergure. Certaines publicités d'époque démontrent que le duo a tout mis en oeuvre pour promouvoir l'événement.

Après avoir donné un concert à North Bay le 10 novembre 1992, Johnny Cash est arrivé à Rouyn-Noranda le lendemain, avec un camion de 45 pieds pour amener son équipement de scène, ainsi qu'un autobus de tournée pour sa troupe. Laurent Sirard s'est chargé d'accueillir l'artiste.

Johnny Cash et Laurent Sirard, 1992Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Johnny Cash et Laurent Sirard, 1992

Photo : Laurent Sirard

Je l'ai rencontré en personne. Je n'ai pas parlé avec lui énormément parce que je ne suis pas parfait bilingue. Il m'a félicité de faire tourner ses chansons dans une place française. C'est un bonhomme qui était vraiment impressionnant. Six pieds deux, six pieds trois... il était vraiment grand. Lorsque tu arrives devant un bonhomme comme ça, tu es sidéré. Tu ne sais pas quoi dire. Tu es comme gelé. Par contre, j'ai adoré le fait de rencontrer ce bonhomme-là en personne, et son épouse aussi, June Carter, qui était vraiment une femme merveilleuse.

Laurent Sirard, animateur radio

En effet, Johnny Cash était bien accompagné. D'abord de sa troupe de musiciens, mais aussi de sa femme, June Carter, ainsi que de ses soeurs, Anita et Helen Carter. La famille Carter fait partie des plus grandes légendes de la musique américaine. L'orchestre familial est à l'origine même de la naissance de la musique country aux États-Unis.

Mais la présence de ces grandes pointures n'a malheureusement pas suffi à remplir l'aréna Dave-Keon.

Johnny Cash était dans un bout de temps où l'on ne parlait plus beaucoup de lui aux États-Unis. Il est demeuré une légende ici. Mais on n'avait pas vraiment rempli l'aréna, c'est regrettable. Parce que Johnny Cash n'était vraiment pas connu comme aujourd'hui. Parce que le film Walk the Line a fait connaître Johnny Cash aux jeunes. Ça a fait un pont envers les jeunes.

Laurent Sirard, animateur radio

Au total, 1600 personnes se sont déplacées pour le spectacle de Johnny Cash.

Johnny Cash dans les années 1990...

- Janvier 1992 : Intronisation au Temple de la renommée du rock'n'roll

- Octobre 1992 : Participation au concert du 30e anniversaire de la carrière de Bob Dylan, à New York

- Mai 1993 : Début de l'enregistrement de son premier album de la série American Recordings, qui donnera un deuxième souffle à sa carrière

- Avril 1994 : Lancement de American Recordings

Il ne reste que peu d'archives du passage de Johnny Cash à Rouyn-Noranda. Mais le simple fait d'avoir accueilli le chanteur est énorme pour la ville. Mis à part Montréal, Québec et Saint-Tite, Rouyn-Noranda est la seule autre ville du Québec qui ait reçu la légende en spectacle.

Avez-vous des souvenirs ou des photos du spectacle de Johnny Cash à Rouyn-Noranda? N'hésitez pas à les faire partager en écrivant à abitibi@radio-canada.ca (Nouvelle fenêtre).

Vos souvenirs

Gaston Thivierge, Johnny Cash et Kevin Thivierge à Rouyn-NorandaAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Gaston Thivierge, Johnny Cash et Kevin Thivierge à Rouyn-Noranda

Photo : Kevin Thivierge

Kevin Thivierge, de Rouyn-Noranda, nous a fait parvenir une photo de lui et son père avec Johnny Cash, à l'occasion de ce spectacle. Il nous raconte que M. Gilles Laperrière lui avait permis de rencontrer l'homme en noir, puisque c'était son héros et que M. Thivierge était encore tout jeune à l'époque!

M. Thivierge est retourné dans ses archives et à trouvé une vingtaine de photos inédites du concert de Johnny Cash à Rouyn-Noranda! En voici quelques unes.

Abitibi–Témiscamingue

Histoire