•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le tarif à 7,30 $ dans les garderies est-il vraiment universel?

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Des manifestants réunis au centre-ville de Montréal contre la modulation des tarifs en garderie, le 9 novembre 2014

Des manifestants réunis au centre-ville de Montréal contre la modulation des tarifs en garderie, le 9 novembre 2014

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Alors que des milliers de Québécois sont descendus dans la rue pour protester contre l'intention du gouvernement libéral de mettre fin « à l'universalité » des services de garde, la ministre de la Famille affirme plutôt que cette universalité n'a jamais réellement existé.

Un texte de Caroline BelleyTwitterCourriel

Quand on parle d'universalité, on n'y touche pas du tout. Tous les parents n'ont pas droit à ce service et tous n'ont pas droit au même prix.

Francine Charbonneau, ministre de la Famille

Vérification faite : la ministre dit vrai. Au Québec, le système des garderies est à deux vitesses. Il y a des places subventionnées à 7,30 $ par jour et d'autres, non subventionnées, qui peuvent coûter jusqu'à une cinquantaine de dollars.

Mais il existe aussi un système à deux vitesses pour les places à 7,30 $. Ainsi, pour une famille avec un enfant et un revenu de 45 000 $, le coût net d'une place à 7,30 $ revient à 2,18 $, grâce aux crédits d'impôt fédéral.

Cliquez sur l'image pour faire le test selon votre revenu familial (données de 2013) :

Mais si cette même famille payait sa garderie 25 $ par jour, les gouvernements lui rembourseraient plutôt 26,92 $ par jour de garde. Vous avez bien lu. C'est plus qu'un coût nul. On lui retournerait de l'argent.

Pour certains experts en fiscalité, compte tenu des crédits d'impôt actuels, il est parfois plus avantageux de payer sa garderie plein tarif que de tenter d'obtenir une des 224 000 places à 7,30 $.

Si le gouvernement Couillard va de l'avant avec son projet de moduler les tarifs des garderies en fonction du revenu, plusieurs familles verront peut-être un avantage fiscal à choisir une garderie non subventionnée. Pour le gouvernement, ce serait là une façon stratégique de pallier le manque de places subventionnées.

Épreuves des faits

Vous avez des idées? Une promesse, une donnée ou une citation que vous voudriez soumettre à l'épreuve des faits? Communiquez avec nous par l'entremise de notre journaliste ou écrivez-nous dans les commentaires ci-dessous.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !