•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

6 questions à celle qui a révolutionné les transports à New York

Janette Sadik-Khan
Janette Sadik-Khan Photo: Bloomberg
Radio-Canada

Ancienne commissaire aux transports sous l'administration Bloomberg, Janette Sadik-Khan est une vedette mondiale de la planification urbaine, sollicitée par de nombreuses villes qui veulent suivre l'exemple de New York. Sous son règne, la Ville a refait plus d'une centaine d'intersections, restreint des places mythiques comme Times Square et Herald Square à la circulation automobile, et ajouté des centaines de kilomètres de pistes cyclables.

Un reportage d’Étienne Leblanc, à l’émission Le 15-18TwitterCourriel

1. Quels principes ont guidé les changements que vous avez effectués?

Nous avons changé la façon de penser la ville. La sécurité du piéton est devenue la priorité absolue. Tous les changements ont été faits en fonction de ce principe. New York était une ville assez dangereuse pour les piétons. Or, plus de la moitié des gens dans la ville se déplacent à pied. Ça allait de soi!

Pour regarder ce graphique sur votre appareil mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre).

2. Comment avez-vous réussi à convaincre la communauté new-yorkaise d'opérer ces changements?

Les rues d'une ville ont une valeur immobilière. Nous avons fait le pari qu'en donnant plus d'espace aux piétons et aux cyclistes, nous allions contribuer à augmenter cette valeur immobilière. Pour un promoteur ou une entreprise, s'installer près d'un espace public ou d'une rue plus calme est un atout évident. C'est ainsi qu'une rue plus agréable créera plus de valeur immobilière. Tout le monde est gagnant.

À (re)lire : notre reportage sur la transformation de New York, « Comment New York est devenu un havre pour piétons et cyclistes ».

3. Vous avez réussi à fermer une partie du mythique Times Square à la circulation automobile. L'opposition face à un changement aussi radical était très forte. Comment avez-vous fait pour convaincre les gens?

Chaque jour, 350 000 piétons passent par Times Square. Avant les changements, le taux d'incidents voitures-piétons y étaient 132 % plus élevé que dans la moyenne des intersections à New York. Il fallait attaquer ce problème de front. On ne pouvait pas faire pire! Nous avons donc proposé un projet-pilote, avec des barrières temporaires, en expliquant que si ça ne marchait pas, nous allions revenir sur notre décision. Or, ça a été un succès monstre! En six mois, tous les sceptiques de l'époque, dont la plupart des commerçants, ont changé d'idée! Nous avons donc pris la balle au bond, et nous avons piétonnisé Herald Square, Madison Square et d'autres petites places qui étaient dangereuses pour les piétons.

Pour regarder l'évolution du bilan routier sur votre appareil mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre).

4. Vous avez aussi imposé un virage cyclable à New York.

Je suis une cycliste depuis très longtemps. Je dis merci à Montréal de nous avoir offert la formidable technologie du vélo en libre-service. Le Citibike a changé le visage de la ville. Depuis que ces vélos bleus sillonnent la ville, monsieur et madame Tout-le-Monde ont l'impression que le vélo n'est plus seulement fait pour les messagers téméraires qu'on voyait dans les années 80. Et plus il y a de vélos, moins les voitures vont vite. Nous en avons profité pour faire des pistes cyclables un peu partout, plus de 600 kilomètres en tout entre 2006 et 2013.

5. Tous ces changements (réaménagement des intersections, aménagements cyclables, etc.) ont coûté combien?

Pas si cher finalement. Moins de 1 % du budget total de la ville. Beaucoup de peinture, un peu de béton, des changements de feux de circulation. Mais ce qui est remarquable, c'est que ces changements rapportent! Ils créent de la valeur!

6. Qu'avez-vous à dire aux élus de Montréal qui veulent améliorer la ville?

Que les villes de l'avenir, celles qui attireront les jeunes familles, les travailleurs et les entreprises étrangères, sont celles qui vont offrir une bonne qualité de vie. L'aménagement urbain est un outil de développement économique. C'est le pari que nous avons pris à New York, et je pense que nous avons assez bien réussi.


Découvrez les multiples projets de New York en explorant la carte interactive ci-dessous :

Grand Montréal

Société