•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Cour d'appel met en délibéré la demande d'annuler la remise en liberté de Turcotte

Guy Turcotte devra subir un nouveau procès.

Guy Turcotte devra subir un nouveau procès.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Cour d'appel a mis en délibéré la demande d'annuler la remise en liberté de Guy Turcotte présentée par le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP). Une décision devrait être rendue dans les prochains jours.

Le DPCP croit que  la décision de libérer l'ex-cardiologue en attendant son nouveau procès, en septembre 2015, a miné la confiance du public envers la justice.

L'avocat de Guy Turcotte, qui s'oppose à cette demande annulation, a fait valoir qu'il s'agit d'un nouveau procès et que son client a droit à la présomption d'innocence. Les deux parties ont présenté leurs plaidoiries devant un panel de trois juges, à qui ils ont en outre aussi remis une argumentation écrite.

Cette libération a soulevé tout un tollé en septembre dernier. Guy Turcotte avait réussi à convaincre la Cour supérieure qu'il ne fuirait pas la justice et qu'il ne représentait pas un danger pour la société, soit deux des trois critères devant être remplis pour obtenir une remise en liberté provisoire.

Le troisième critère, cependant, ne fait pas l'unanimité. La Couronne prétend que le juge de première instance a erré en droit dans son appréciation de la nécessité de ne pas miner la confiance du public envers l'administration de la justice.

Isabelle Gaston devant la Cour d'appel
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Isabelle Gaston devant la Cour d'appel

Et c'est justement l'image de la justice auprès du public qui risque d'en pâtir, selon Isabelle Gaston, l'ex-conjointe de Guy Turcotte. Elle a tenu à se présenter devant le siège de la Cour d'appel, non seulement pour ses enfants, mais aussi pour « tous les procès à venir face à la confiance du public ».

« Je pense qu'une des solutions, ce serait qu'on redonne aux psychiatres le devoir de parler de la médecine puis qu'on redonne le côté juridique aux avocats et aux juges. Je pense que quand on ne peut pas entre psychiatres s'entendre, je pense que leur opinion ne vaut pas plus que celle des jurés », a-t-elle dit.

« […] Le système de justice doit être juste. Juste, ce que ça veut dire? C'est de reconnaître qu'il y a erreur du jury, alors on retourne à la case départ. On ne le met pas plus non criminellement responsable, on ne le met pas plus coupable de meurtre, on retourne à la case de départ. Et normalement, à la case de départ, quand quelqu'un commet un meurtre, d'une violence, qu'est ce qu'on fait? On l'emprisonne. »

— Une citation de   Isabelle Gaston

Guy Turcotte a été libéré le 13 septembre sous de nombreuses conditions en attendant la tenue de son deuxième procès pour le meurtre de ses deux enfants. Cette décision avait causé un véritable tollé, particulièrement auprès des groupes de défense des victimes.

Turcotte subira un nouveau procès en septembre 2015. L'ex-cardiologue avait été déclaré non criminellement responsable du meurtre de ses enfants à l'issue d'un premier procès. Il avait été traité un moment à l'institut psychiatrique Philippe-Pinel de Montréal, avant d'être remis en liberté.

Guy Turcotte a été incarcéré à nouveau lorsque la tenue d'un deuxième procès a été ordonnée, mais il a été libéré provisoirement le 13 septembre.

D'après le compte rendu d'Isabelle Richer

L'affaire Turcotte

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.