•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

80 % des Catalans disent oui à l'indépendance lors d'un vote symbolique

Des militants pro-indépendance brandissent des drapeaux catalans lors d'un rassemblement à Barcelone, après le vote symbolique du 9 novembre sur l'indépendance de la Catalogne.

Photo : Getty Images / JOSEP LAGO

Radio-Canada

Plus de 80 % des Catalans qui sont allés voter dimanche se sont prononcés en faveur de l'indépendance de la région espagnole, selon les résultats provisoires. La consultation symbolique n'a aucune validité légale.  

« Voulez-vous que la Catalogne soit un État ? » et si oui, « Voulez-vous qu'il soit indépendant? » : 1,6 million de Catalans ont dit oui aux deux questions. 

En tout, plus de 2 millions de Catalans ont participé au scrutin sur 5,4 millions d'électeurs potentiels âgés de 16 ans et plus.

Le gouvernement d'Artur Mas avait décidé d'organiser ce scrutin informel après que la Cour constitutionnelle espagnole eut suspendu le référendum qu'il devait tenir le 9 novembre. 

Les indépendantistes disaient vouloir montrer à Madrid la force du mouvement indépendantiste dans le but d'obtenir le droit d'organiser un vrai référendum sur la question, comme les Écossais et les Québécois.

Un « succès total », selon le président catalan

Le président catalan, Artur Mas, participe au vote symbolique sur l'indépendance de la Catalogne, dimanche, à Barcelone.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le président catalan, Artur Mas, participe au vote symbolique sur l'indépendance de la Catalogne, dimanche, à Barcelone.

Photo : Paul Hanna / Reuters

« Nous avons gagné le droit d'organiser un référendum », a estimé en soirée le président catalan, Artur Mas, acclamé par ses partisans.

Il a qualifié le vote de « succès total ». « La Catalogne a démontré une fois de plus qu'elle veut se gouverner seule et que nous sommes suffisamment grands et adultes pour le faire. », a-t-il ajouté.

Artur Mas dénonce l'attitude du gouvernement central espagnol, qui selon lui fait preuve d'une « grande myopie politique et d'une grande indifférence, voire d'intolérance ».

Madrid dénonce « un acte de propagande »

Plus tôt, le ministre espagnol de la Justice, Rafael Catala, avait qualifié la consultation catalane d'« acte de propagande » et de « simulacre inutile et stérile » n'ayant « aucune validité démocratique ».

La consultation symbolique de dimanche avait aussi été rejetée par la Cour constitutionnelle, mais la Catalogne avait choisi de la maintenir malgré tout, défiant ouvertement Madrid.

Les opposants au vote avaient fait savoir qu'ils boycotteraient le scrutin.

Samedi, le premier ministre espagnol, Mariano Rajoy, avait appelé les Catalans à « revenir à la raison ». Il avait aussi assuré que le vote n'aurait aucune conséquence. « Personne ne brisera l'unité de l'Espagne [...] tant que je serai président », avait-il déclaré. 

Le gouvernement espagnol plaide que selon la constitution du pays, les questions de souveraineté nationale relèvent de l'ensemble de la population.

La Catalogne compte 7,5 millions de résidents.

Avec les informations de Agence France-Presse, Reuters, et El Pais

International