•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Émeute au Mexique après l'annonce du massacre de 43 étudiants

« Nous voulons la justice » écrit sur un des véhicules incendiés devant le siège du gouvernement régional de l'État du Guerrero.

« Nous voulons la justice » écrit sur un des véhicules incendiés devant le siège du gouvernement régional de l'État du Guerrero.

Photo : La Presse canadienne / Alejandrino Gonzalez

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Quelques centaines d'étudiants mexicains ont mis le feu à des véhicules et saccagé les bureaux du gouvernement local, à Chilpancingo, dans l'État du Guerrero, après l'annonce par les autorités du massacre de 43 des leurs.

« C'est la même exigence de toujours, qu'on retrouve les camarades vivants », a dit à l'AFP un des étudiants masqués, samedi soir.

Fin septembre, une quarantaine d'étudiants de l'école normale rurale d'Ayotzinapa ont disparu à Iguala après l'attaque de leur autobus par des policiers et des membres du crime organisé. Six personnes sont mortes. L'affaire, hautement médiatisée, a bouleversé le Mexique et mobilisé des dizaines de milliers de personnes dans les rues.

Vendredi, le ministère mexicain de la Justice a annoncé que des membres présumés d'un groupe criminel étaient passés aux aveux. Ils ont reconnu avoir tué une quarantaine d'étudiants, brûlé leur cadavre avec de l'essence et jeté les restes dans une rivière. 

Selon leur récit, les étudiants ont été livrés à leurs bourreaux par des policiers liés au groupe criminel des Guerreros Unidos.

Depuis le début de l'affaire, 74 personnes ont été arrêtées, dont des policiers, des fonctionnaires et des criminels présumés, mais aussi le maire d'Iguala, José Luis Abarca, et son épouse, soeur de trois narcotrafiquants notoires, qui sont soupçonnés par les autorités fédérales d'être à l'origine des attaques. 

Le couple aurait craint que la visite des étudiants à Iguala ne vienne perturber un événement public que Maria de Los Angeles Pineda tenait ce jour-là.

Une voiture incendiée devant le siège du gouvernement régional de l'État du Guerrero.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une voiture incendiée devant le siège du gouvernement régional de l'État du Guerrero.

Photo : Daniel Becerril / Reuters

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !