•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les élèves acadiens « pourraient faire beaucoup mieux »

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Téléjournal, 3 octobre 1984

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les résultats des évaluations du ministère de l'Éducation et du Développement de la petite enfance en matière de français qui ont été révélés vendredi sont « troublants » selon le ministre.

Dans les évaluations détaillées publiées par le ministère pour l'année 2013-2014, un très grand nombre d'élèves au niveau secondaire dans les écoles francophones au Nouveau-Brunswick ont obtenu des échecs en ce qui a trait au français.

Les résultats de chaque école :

Le taux de réussite pour un des deux programmes de français est d'à peine 34% chez les élèves de onzième année.

C'est effectivement les chiffres qui sont les plus troublants des résultats qui sont publiés cette année.

Serge Rousselle, ministre de l'Éducation et du Développement de la petite enfance du Nouveau-Brunswick.

Chez les plus jeunes, au niveau primaire, les résultats sont un peu plus encourageants. En deuxième année, 75% des élèves francophones réussissent le test de lecture à haute voix. C'est encore loin de l'objectif de 85% qu'avait établi le ministère.

Le ministre de l'Éducation et du Développement de la petite enfance du Nouveau-Brunswick, Serge Rousselle.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le ministre de l'Éducation et du Développement de la petite enfance du Nouveau-Brunswick, Serge Rousselle.

Le nouveau ministre de l'Éducation reconnaît que les défis sont importants pour tout le système d'éducation. Selon lui, il faudra consacrer davantage d'efforts et d'énergie pour s'assurer de la réussite au niveau du secondaire.

Les libéraux se sont engagés à mettre en place une stratégie globale de dix ans pour améliorer la performance des élèves lors de la dernière campagne électorale.

« Il faudra travailler tous ensemble afin de s'assurer que chacun dispose des outils, des curriculums nécessaires à une meilleure réussite scolaire. On veut mettre sur pied une stratégie globale de littératie, parce qu'on est conscient que de toute évidence on a encore des défis importants à relever », a déclaré le ministre Serge Rousselle.

Dans le secteur de l'éducation, on voit que les investissements en littératie commencent lentement à porter leurs fruits.

La doyenne de la Faculté d'éducation de l'Université de Moncton y voit un espoir pour l'avenir.

Moi je vois que dans les écoles, on est en train de mettre en place de très belles stratégies d'enseignement de la lecture et de l'écriture. Et je crois que ça se reflète dans nos résultats chez les plus jeunes.

Marianne Cormier, Doyenne de la Faculté d'éducation à l'Université de Moncton.

Le Nord-Est

Les élèves du District scolaire Francophone Nord-Est sont légèrement en deçà de la moyenne provinciale.

Le Nord-Ouest

Les élèves du District scolaire francophone Nord-Ouest sont dans la moyenne provinciale. 

Le Sud

Au cours des dernières années, plusieurs parents ont critiqué le niveau de français des élèves dans les écoles du sud-est de la province. Or, selon le rapport divulgué par le ministère, les résultats en français dans les écoles francophones du sud-est du Nouveau-Brunswick sont encourageants.

Selon Marianne Cormier, ce sont des préjugés qui semblent erronés en vertu des résultats. Les données du ministère, note-t-elle, montrent qu'elles sont similaires aux autres régions de la province.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !