•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alberta : 50 % de nouveaux résidents francophones en plus

Les drapeaux canadien et franco-albertain
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le nombre de francophones ayant obtenu leur statut de résident permanent pour s'installer en Alberta a bondi de 50 % en une année.

L'an dernier, 226 d'entre eux avaient le français comme langue maternelle, soit 77 de plus qu'en 2012, révèlent les chiffres du gouvernement fédéral obtenus par Radio-Canada.

Le nombre de Français ayant obtenu cette fameuse clé vers la citoyenneté canadienne a presque doublé, tandis que celui des Camerounais a augmenté de 60 %.

Les Ivoiriens, les Congolais de la République démocratique du Congo et les Haïtiens sont également plus nombreux, quoique dans des proportions plus modestes.

Venus d'autres provinces

Les résidents permanents francophones en provenance d'autres provinces comptent également pour beaucoup, précise le Centre d'accueil et d'établissement du Nord de l'Alberta, à Edmonton.

« Actuellement, dans une journée typique, on peut recevoir jusqu'à cinq familles. Et une famille, c'est quatre personnes », indique Georges Bahaya, le directeur du Centre.

« Si nous continuons avec cette allure, nous irons jusqu'à mille clients par année », poursuit-il. « Pourtant, on avait prévu de pouvoir en servir 650, avec les ressources que les bailleurs nous donnent. »

Les chiffres obtenus par Radio-Canada concernent les cinq principaux pays d'origine des nouveaux résidents permanents francophones désirant s'installer en Alberta. Ils ne tiennent pas compte des immigrants détenteurs d'un autre statut.

Pour voir le tableau des nouveaux résidents permanents francophones en Alberta, cliquez ici (Nouvelle fenêtre)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !