•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Regain de tension à Jérusalem

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement de Benyamin Nétanyahou a renforcé les mesures de sécurité, aujourd'hui, à Jérusalem, après une journée marquée par de nouvelles violences.

Deux attaques à la voiture-bélier ont été commises. L'une dans le centre de Jérusalem a fait un mort et une dizaine de blessés. Puis, en Cisjordanie, près du camp de réfugiés palestinien d'El-Aroub et de la colonie de peuplement de Gush Etzion, un automobiliste palestinien a percuté trois soldats israéliens.

L'auteur de la première attaque, revendiquée par le groupe islamiste palestinien Hamas, a été abattu par les forces de l'ordre.

Le conducteur de la camionnette de la seconde attaque a réussi à prendre la fuite et une chasse à l'homme a été lancée.

S'en sont suivis, au cours de la nuit, des affrontements entre les forces de l'ordre israéliennes et des Palestiniens, à Jérusalem-Est. Seize personnes ont été arrêtées pour trouble à l'ordre public, selon la police. Ce matin, le calme était revenu, à en croire la porte-parole de la police israélienne, Luba Samri.

Des heurts éclatent presque chaque nuit à Jérusalem-Est depuis le 22 octobre et la première attaque à la voiture-bélier. Depuis, 188 personnes, dont 71 mineurs, ont été arrêtées, selon la police.

La Palestine demande l'aide de l'ONU

Les tensions entre Israéliens et Palestiniens autour de certains lieux saints suscitent de plus en plus d'inquiétudes dans la communauté internationale, qui craint une nouvelle Intifada.

Les Palestiniens et les Jordaniens ont demandé hier au Conseil de sécurité des Nations unies d'exiger qu'Israël cesse immédiatement ses provocations et les incitations présumées à s'en prendre aux sites saints musulmans à Jérusalem.

La Jordanie a ordonné le rappel de son ambassadeur en Israël.

Les Palestiniens dénoncent ce qu'ils décrivent comme l'assaut illégal contre la mosquée Al-Aqsa, tôt mercredi, par des extrémistes israéliens protégés par plus de 300 membres des forces de sécurité israéliennes. Cela a mené à une confrontation avec des croyants palestiniens et aux deux attaques à la voiture-bélier.

L'esplanade des Mosquées, où se trouve la mosquée Al-Aqsa, est vénérée par les juifs et les musulmans. Les juifs parlent du mont du Temple, en raison des temples juifs qui y trônaient autrefois. Pour les musulmans, il s'agit plutôt de l'endroit où le prophète Mahomet a entamé son ascension vers les cieux.

De son côté, le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a dit qu'il n'autoriserait pas de modifications à une interdiction de longue date empêchant les juifs d'aller prier sur ce site géré par les musulmans, malgré des demandes des ultranationalistes au sein du gouvernement de coalition.

L'ambassadeur palestinien à l'ONU, Riyad Mansour, a affirmé mercredi que les « gestes visant directement à assurer le contrôle israélien sur cet endroit se poursuivaient sans opposition ».

Les grandes dates du conflit israélo-palestinien
Israël-Palestiniens, les racines d'un conflit. Consultez notre dossier.
Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !