•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le député fédéral Dean Del Mastro démissionne

Le député Dean Del Mastro a annoncé sa démission à la Chambre des communes.

Le député Dean Del Mastro a annoncé sa démission à la Chambre des communes.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Reconnu coupable d'avoir violé la loi électorale, l'ex-conservateur Dean Del Mastro a renoncé par lui-même à son poste de député. Celui qui représentait la circonscription ontarienne de Peterborough à titre d'indépendant a annoncé sa démission mercredi devant le Parlement, d'où il risquait d'être exclu.

Dans un discours empreint d'émotion, l'ancien secrétaire parlementaire du premier ministre Stephen Harper a réitéré son innocence, malgré un jugement défavorable rendu à son endroit la semaine dernière. La cour l'a trouvé coupable d'avoir excédé les dépenses permises lors de l'élection de 2008, d'avoir omis de rapporter une contribution personnelle de 21 000 $ à sa propre campagne et d'avoir sciemment soumis un document falsifié.

« Je ne veux pas être le centre d'intérêt de Peterborough », a-t-il déclaré. Il a ajouté qu'il ne désirait pas forcer ses anciens collègues conservateurs à se prononcer sur son sort, leur demandant de « reste[r] unis ».

« Je ne vais pas vous diviser. [...] Je crois trop en ce que vous faites. »

— Une citation de  Dean del Mastro

Les députés devaient voter le jour même une motion du Nouveau Parti démocratique proposant de suspendre M. Del Mastro sans salaire. Le gouvernement conservateur avait indiqué mardi qu'il soutiendrait la motion. La démission du député a entraîné son retrait.

Son départ aura peu d'impact sur son régime de retraite, puisqu'il découle d'une décision volontaire et non d'une expulsion.

M. Del Mastro, dont l'épouse a donné naissance à leur premier enfant dimanche, a déjà indiqué que son avocat avait demandé à un juge de rouvrir sa défense afin de présenter de nouveaux éléments avant le prononcé de la sentence, prévu le 21 novembre. Il risque une peine d'emprisonnement.

L'ancien conservateur avait été exclu de son caucus le jour du dépôt des accusations, en septembre 2013, et siégeait comme indépendant depuis.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...