•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Recherche : Développer les habiletés sociales des autistes grâce aux nouvelles technologies

L'enseignante en psychoéducation Marie-Hélène Poulin et l'étudiante à la maîtrise Vanessa Ménard lors de la présentation de la plateforme interactive «A pour Autre»
L'enseignante en psychoéducation Marie-Hélène Poulin et l'étudiante à la maîtrise Vanessa Ménard lors de la présentation de la plateforme interactive «A pour Autre» Photo: Émilie Parent-Bouchard
Radio-Canada

La première plateforme web interactive pour le développement des habiletés sociales des jeunes autistes du Québec voit le jour en Abitibi-Témiscamingue.

« A pour Autre » combine mises en situation vidéo et fiches d'explications pour aider les intervenants et les parents qui vivent avec des jeunes ayant un trouble du spectre de l'autisme.

La plateforme a été développée par l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue et le Centre de réadaptation La Maison.

Expliquer le quotidien

Pour la plupart des gens, souper en famille ou inviter un ami semble aller de soi.

Nathalie Quirion, du Centre de réadaptation La Maison, explique toutefois que ces situations de la vie courante, reprises sous forme de capsules vidéo dans « A pour Autre », peuvent représenter un défi pour les personnes autistes.

Elle croit que la plateforme « A pour Autre » aidera parents et intervenants à expliquer aux personnes présentant un trouble du spectre de l'autisme les comportements à privilégier dans ces situations.

« C'est vraiment un outil pour pouvoir expliquer, pour pouvoir se rejoindre de part et d'autre. Les habiletés sociales, c'est un élément qui est très vaste, qui est très vague aussi », explique-t-elle. 

De la théorie à la pratique

C'est après un stage que l'étudiante à la maîtrise en psychoéducation Vanessa Ménard a développé l'outil, qui s'adresse aux 6 à 17 ans.

« Ils sont en plein développement, donc on trouvait ça intéressant d'aller les rejoindre. Aussi, par le support vidéo, les outils technologiques, on trouvait qu'il y avait beaucoup de personnes que ça intéressait », soutient la jeune femme.

Des diplômés du programme de multimédia de l'UQAT ont été sollicités pour la réalisation de ce projet.

L'enseignante en psychoéducation Marie-Hélène Poulin, qui a supervisé le projet, croit que cela le rend novateur et ouvre plusieurs possibilités.

« Si on pense aussi aux applications, iPad, iPod, téléphones intelligents, ce sont toutes des possibilités qui nous intéressent beaucoup. Le côté entreprise-université-milieu est très fort, très aidant pour ce type de projet là. »

Le Centre de réadaptation La Maison intervient auprès de plus de 150 personnes présentant un trouble du spectre de l'autisme.

Abitibi–Témiscamingue

Société