•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

3 organisations autochtones appellent à un boycottage du Winnipeg Sun

De gauche à droite, Terrance Nelson, chef du Rassemblement des chefs du sud de la province, Derek Nepinak, chef de l'Assemblée des chefs du Manitoba et David Harper, chef de l'organistion MKO se sont adressés aux médias mardi.

Photo : Bouchra Ouatik

Radio-Canada

Trois organisations autochtones du Manitoba jugent que le journal Winnipeg Sun fait une couverture négative des Autochtones en général et elles accusent la publication de racisme. Elles appellent au boycottage du journal, mais également du groupe Sun Media.

L'Assemblée des chefs du Manitoba (AMC), l'Organisation des chefs du sud du Manitoba (SCO) ainsi que le groupe qui représente les Premières Nations du nord de la province, MKO, ont annoncé, mardi, leur intention de faire un boycottage.

Les trois organisations accusent le Winnipeg Sun de rédiger des « articles discriminatoires et des éditoriaux tendancieux dirigés contre les Autochtones ». Elles évoquent la récente couverture, par le journal, de la mort de Tina Fontaine, une jeune fille de 15 ans dont le corps a été repêché dans la rivière Rouge à la mi-août.

Selon les représentants des trois associations, un article publié dans le Winnipeg Sun du 24 août laisse entendre que les Autochtones « ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes » en ce qui concerne des tragédies comme la mort de Tina Fontaine.

« Je n'appellerai pas cela de l'information, car je ne crois pas que cela satisfait aux exigences d'une information objective », a déclaré le grand chef de l'AMC, Derek Nepinak, mardi matin. « Ce qui est publié à travers le pays est souvent raciste au point d'inciter à la haine raciale et cette haine met en danger à la fois les familles, les enfants et les femmes », a poursuivi Derek Nepinak.

L'idée d'un boycottage est portée par le chef Terrance Nelson, représentant de la SCO. Il précise que le boycottage ne s'applique pas seulement au Winnipeg Sun, mais aussi à l'ensemble du groupe Sun Media.

Les trois organisations appellent les Canadiens à résilier leur abonnement et à retirer leur publicité. Ils demandent aussi aux commerces d'arrêter de vendre ou de distribuer des exemplaires du journal dans leur établissement. Le boycottage devrait s'étendre plus tard aux entreprises qui continuent d'acheter des espaces publicitaires auprès du groupe Sun Media.

MM. Nepinak et Nelson ont encouragé les Premières Nations à ne plus faire affaire avec quiconque continuerait d'acheter des espaces publicitaires auprès de Sun Media au cours de la nouvelle année. Les organisations autochtones entreront en contact avec les commerces locaux qui achètent des espaces publicitaires dans le Winnipeg Sun d'ici 60 jours, a précisé M. Nepinak.

MKO maintiendra le boycottage pendant une année, a annoncé son grand chef, David Harper.

Certains concessionnaires automobiles ont déjà annoncé leur intention de retirer leur publicité du Winnipeg Sun en appui au boycottage.

Le Winnipeg Sun, « très proche de la limite »

Le rédacteur en chef du Winnipeg Sun, Mark Hamm, nie quant à lui les allégations de racisme formulées par les groupes de chefs autochtones. Il ajoute que les chroniqueurs du journal sont payés pour donner leur opinion, mais que les reportages ne contiennent pas de préjugés.

Le rédacteur en chef du Winnipeg Sun, Mark Hamm,Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le rédacteur en chef du Winnipeg Sun, Mark Hamm, renie les allégations de racisme des groupes de chefs autochtones.

Photo : Bouchra Ouatik

« Nous nous maintenons très proches de la limite », a toutefois déclaré Mark Hamm, lorsque les journalistes lui ont demandé si le Winnipeg Sun avait déjà dépassé les limites.

Le rédacteur en chef dit trouver dommage que les chefs autochtones boycottent le journal et il affirme qu'il veut rétablir une relation avec eux. M Hamm rappelle qu'il a rencontré les chefs autochtones le mois dernier et qu'il leur a proposé de tenir une chronique mensuelle dans le journal. Ces derniers n'ont pas répondu.

Selon lui, le boycottage nuira au journal, mais il ne sait pas dans quelle mesure.

Le Winnipeg Sun avait déjà publié des excuses en 1983 après une chronique sur les Autochtones qui avait provoqué de vives réactions à l'époque.

ARCHIVES : manifestation contre le journal Winnipeg Sun en 1983

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Autochtones