•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Et si les citoyens contrôlaient vraiment les budgets?

Budget participatif

Photo : IStock photo

Radio-Canada

Si vous aviez le pouvoir de dépenser 200 000 $ à la place de votre municipalité, ou mieux : 100 millions, que feriez-vous ? La proposition n'a rien d'une utopie. Les budgets participatifs se développent partout dans le monde, et de plus en plus au Québec. 

Un texte de Thomas GerbetTwitterCourriel

Le conseil municipal de Saint-Basile-le-Grand a présenté hier soir les projets imaginés et choisis par les citoyens dans le cadre du budget participatif, l'un des tout premiers au Québec. La population était invitée à proposer des idées de dépense d'un maximum de 200 000 $ (1 % du budget de la Ville).

48 idées ont été déposées, dont 16 ont été jugées réalistes par la Ville. Les citoyens ont voté pour finalement retenir deux projets prioritaires pour l'année prochaine.

  • 50 000 $ pour des passages sécurisés pour piétons et cyclistes sur une route dangereuse
  • 150 000 $ pour la création d'une place publique

« Qui est mieux placé pour parler de ses besoins que la personne elle-même? », justifie le directeur général de Saint-Basile-le-Grand, Jean-Marie Beaupré. 500 citoyens se sont déplacés pour voter alors qu'il n'y en a souvent que quatre ou cinq présents aux assemblées du conseil municipal.

On voulait être plus près du citoyen, plus à l'écoute, lui donner un rôle dans les investissements qu'on va faire. Ça m'apparaît important de l'impliquer, autrement que d'aller faire un X aux 4 ans

Jean-Marie Beaupré, directeur général de Saint-Basile-le-Grand

Entre 2006 et 2009, le Plateau-Mont-Royal a été un précurseur des budgets participatifs au Québec. Depuis, l'arrondissement a remplacé l'enveloppe par une consultation en ligne. Les élus tiennent ensuite compte des recommandations des citoyens au moment d'établir le budget.

D'autres initiatives au Québec et ailleurs

À la fin du mois d'octobre, les citoyens de Baie-Saint-Paul ont choisi d'utiliser une enveloppe de 100 000 $ mise à leur disposition pour aménager un espace urbain de jeux d'eau et de détente pour les familles. Rivière-du-Loup et Dieppe, au Nouveau-Brunswick, ont également montré de l'intérêt à proposer un budget participatif (BP) à leurs citoyens.

« Il y a 1500 processus de BP dans le monde actuellement », indique Isabelle Gaudette, chef d'équipe du volet démocratie participative et citoyenneté au Centre d'écologie urbaine de Montréal qui a accompagné Saint-Basile-le-Grand dans son projet.

Le tout premier budget participatif a vu le jour à Porto Alegre au Brésil, en 1989. Cet été, la Ville de Paris a annoncé qu'elle réservera 100 millions de dollars par année pendant sept ans pour les idées des citoyens.

« Nous espérons que d'autres municipalités du Québec emboîteront le pas », ajoute Isabelle Gaudette, l'organisatrice communautaire au CEUM. Elle cite notamment la Ville de Montréal. 

L'arrondissement Sud-Ouest suspend son projet

L'arrondissement montréalais avait prévu d'accorder une enveloppe de 500 000 $ au bon vouloir des citoyens (7 $ par habitant), mais les élus ont fait marche arrière en raison des compressions budgétaires imposées par la ville centre et en raison d'une mésentente entre le maire Benoît Dorais et le reste du conseil, étiqueté sous la bannière Projet Montréal. 

En 2013, l'arrondissement Sud-Ouest avait consulté la population en ligne, comme le fait le Plateau-Mont-Royal. Les citoyens avaient réclamé plus d'investissements dans la réparation des nids-de-poule, le nettoyage des graffitis et des parcs, en échange de moins de collecte de déchets encombrants ou encore moins de patinoires extérieures.

De retour en 2015 à Saint-Basile-le-Grand

La municipalité montérégienne proposera de nouveau un budget participatif l'année prochaine, ouvert cette fois-ci à l'ensemble du budget de fonctionnement de la Ville et pas seulement aux immobilisations.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Société