•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déversement à Cap-aux-Meules : des mois de travaux

Déversement de mazout au port de Cap-aux-Meules

Déversement de mazout au port de Cap-aux-Meules

Photo : Marianne Papillon

Radio-Canada

Le nettoyage des 100 000 litres de diesel déversés en septembre par Hydro-Québec au port de Cap-aux-Meules nécessitera encore des mois de travaux.

Les équipes de la société d'État testent présentement une nouvelle technologie : « la bioaspiration ».  L'outil aspire tous les liquides contenus dans les 40 puits creusés par Hydro-Québec depuis le déversement.

Selon la porte-parole d'Hydro-Québec Marie-Élaine Truchon, cette machine agit à la fois comme un aspirateur et comme un filtre. « Ça permet de récupérer la majorité des liquides qui sont contenus dans le sol. Le liquide, donc l'eau huileuse, est acheminé par l'ensemble des tuyaux jusqu'à l'unité, qui va séparer l'eau et l'huile, qui va traiter l'eau. Ça va même filtrer l'air. » L'appareil empêche ainsi le mazout de se répandre.

Six semaines après le déversement, Hydro-Québec est incapable de préciser le nombre de litres de diesel toujours contenu dans le sol.

Déversement au port de Cap-aux-MeulesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Déversement au port de Cap-aux-Meules

Photo : radio-canada

D'après Marie-Élaine Truchon, quelque 33 000 litres ont été récupérés jusqu'à maintenant. « On a pu récupérer une bonne partie de ce qui a été déversé, mais il faut comprendre que c'est un port, que c'est du gravier et c'est assez difficile », fait valoir Mme Truchon.

Hydro n'a pas encore déterminé comment sera traitée la terre contaminée. Pour l'instant, la terre est transportée sur le site de la centrale thermique. « Par la suite, on verra de quelle façon on s'en départit », mentionne la porte-parole d'Hydro-Québec. Environnement Québec attend toujours le plan de décontamination de la société d'État.

En attendant, si jamais Hydro-Québec doit approvisionner la centrale thermique, le mazout pourrait être transporté par camion jusqu'à la délivrance du certificat de conformité de l'oléoduc par les gouvernements fédéral et provincial.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec

Environnement