•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une adolescente proxénète condamnée à plus de 6 ans de détention

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Prostitution : un débat qui fait réagir

Prostitution : un débat qui fait réagir

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une adolescente reconnue coupable, en janvier dernier, de traite de personnes a reçu une peine pour adulte de six ans et demi de prison, mardi matin, au palais de justice d'Ottawa.

Kailey Oliver-Machado, qui avait 15 ans au moment de son arrestation en 2012, est détenue depuis son arrestation et est aujourd'hui âgée de 18 ans.

En raison du temps qu'elle a déjà passé en détention, il lui reste environ trois ans à purger.

La Couronne réclamait une telle peine pour adulte, qui prévoyait une détention minimale de cinq ans. L'avocat de l'accusée souhaitait plutôt que le juge lui impose la peine la plus lourde prévue pour les mineurs, soit trois ans de détention.

L'hiver dernier, la jeune femme a été reconnue coupable de près d'une trentaine des accusations qui pesaient contre elle, dont celles d'agression sexuelle, de proxénétisme, de séquestration, d'avoir causé des lésions corporelles, de vol de moins de 5000 $, d'avoir utilisé Internet pour attirer une mineure pour la forcer à se prostituer et de pornographie juvénile.

Lors de son procès, de jeunes victimes de 13 à 17 ans ont raconté comment elles avaient été droguées, battues et forcées d'avoir des relations sexuelles avec des inconnus en échange d'argent.

Au cours de l'audience sur la peine, mardi, la juge a souligné que la proxénète a profité de personnes vulnérables, qu'elle a fait preuve de cruauté envers ses victimes et qu'elle n'a pas démontré un désir sincère de se réhabiliter.

Aux dires de la juge, il existe un risque important que l'intimée commette à nouveau des gestes violents à l'avenir.

Un psychiatre qui a évalué l'accusée a d'ailleurs raconté à la cour, l'hiver dernier, qu'elle avait une personnalité narcissique et qu'elle aurait besoin d'une thérapie comportementale d'une dizaine d'années.

Par ailleurs, l'une de ses deux coaccusées connaîtra bientôt sa peine. L'autre a déjà été condamnée à trois ans de détention.

Avec les informations de Louis Blouin

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.