•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Soirée d'Halloween au Mont Cascades : quatre victimes potentielles

Martin Fournel, porte-parole, police de la MRC des Collines-de-l'Outaouais. (03-11-14)

Radio-Canada

Quatre adolescentes pourraient avoir été agressées sexuellement lors de la fête qui a mal tourné au Mont Cascades, vendredi dernier. La police de la MRC des Collines-de-l'Outaouais a reçu deux plaintes officielles de jeunes filles.

Une adolescente de 16 ans a été retrouvée dévêtue et inconsciente sur le site. Elle a été transportée à l'hôpital pour que des analyses soient réalisées.

La police confirme qu'elle avait consommé ou utilisé à son insu du GHB (gamma-hydroxybutyrate), aussi appelé « drogue du viol ».

La police mène également une enquête sur le cas d'une jeune fille de 17 ans qui soutient avoir été touchée de manière inappropriée alors qu'elle faisait la file avant d'entrer.

« Si des filles ont le sentiment d'avoir été agressées sexuellement et qu'elles étaient mineures, il est possible qu'elles ne veuillent pas dénoncer, parce qu'elles ont l'impression d'avoir collaboré ou commis une faute. [...] Ce n'est jamais la faute de la victime, peu importe ce qu'elle a fait », soutient Josée Laramée, du CALACS francophone d'Ottawa, qui aide les femmes victimes d'agression à caractère sexuel.

Deux autres adolescentes ont aussi communiqué avec les policiers et elles pourraient porter plainte.

L'enquête progresse

De son côté, la police de la MRC des Collines-de-l'Outaouais poursuit son enquête. Elle doit interroger les organisateurs et les hôtes de l'événement, avant de décider si des accusions seront déposées.

Les policiers sont intervenus le soir de l'Halloween au Mont-Cascades.

Les policiers sont intervenus le soir de l'Halloween au Mont-Cascades. Des jeunes étaient intoxiqués par la drogue ou l'alcool.

En plus de l'enquête criminelle, la police vérifiera le permis de bar du Mont-Cascades et le nombre de personnes qui se trouvaient à l'intérieur de l'établissement, vendredi soir.

Par ailleurs, plus de 48 heures après les événements, les enquêteurs tentent de reconstruire le fil des événements.

« Il y a beaucoup d'informations non vérifiées, non validées qui ont circulé. Nos enquêteurs doivent retracer certains individus qui auraient été en contact ou témoins. On n'est pas rendus là au stade de l'enquête », explique le porte-parole de la police, Martin Fournel.

Neuf jeunes intoxiqués par l'alcool et la drogue ont été hospitalisés, soit six garçons et trois filles.

Les tests ont révélé qu'un des garçons présentait un taux d'alcool dans le sang de six fois la limite permise pour un conducteur. Il était encore aux soins intensifs samedi après-midi. La police ne peut confirmer s'il y est encore.

Six fois la limite permise. On parle de coma éthylique. On est chanceux que ce jeune-là soit encore en vie.

Martin Fournel, porte-parole, police de la MRC des Collines-de-l'Outaouais

Selon plusieurs participants, de la drogue a été distribuée dans les autobus entre Ottawa et Mont Cascades.

Plus de mille jeunes ont participé à l'événement.

Réactions de la direction de Mont-Cascades

Dans une déclaration écrite, le directeur général de Mont Cascades, Luc Désormeaux, soutient avoir mis fin à toutes les ententes permettant l'utilisation de la station de ski pour de telles soirées.

Il regrette que le nom de son entreprise soit associé à une telle situation qualifiée « d'inacceptable ». M. Désormeaux souligne que sa compagnie n'était pas l'organisatrice de la soirée.

Il assure également à la police son entière collaboration.

D'après les informations de la journaliste Nathalie Tremblay

Ottawa-Gatineau

Société