•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Yves Bolduc veut réformer en profondeur les commissions scolaires

Radio-Canada

Le ministre de l'Éducation, Yves Bolduc, juge « décevant » le très faible taux de participation aux élections scolaires de dimanche, qui est sous les 5 %. Mais ce résultat lui donne les coudées franches pour faire la réforme qu'il souhaite. Il a confirmé lundi qu'il prendrait les grands moyens pour faire le ménage dans les structures existantes.

Yves Bolduc dit vouloir décentraliser, alléger les structures et donner plus de pouvoir aux écoles et aux enseignants. Sans donner plus de détails, il parle de regrouper des commissions et n'écarte pas la possibilité de les abolir.

Le statu quo n'est plus possible : une révision s'impose.

Yves Bolduc, ministre de l'Éducation du Québec

« Les électeurs nous ont lancé le message qu'ils acceptent qu'on revoie en profondeur la gouvernance du système scolaire (...), une simplification au niveau des structures », dit-il.

Le ministre avait prévenu, début octobre, que le taux de participation des citoyens aux élections de dimanche serait déterminant quant aux décisions que son gouvernement prendrait dans ce dossier.

M. Bolduc se donne quelques mois pour déposer un projet de loi à l'Assemblée nationale. « On va regarder tous les scénarios possibles avec nos partenaires, les commissaires, la fédération des commissions scolaires, on va regarder ce qui est le mieux pour le Québec », dit M. Bolduc.

Faible taux de participation aux élections scolaires de novembre 2014Faible taux de participation aux élections scolaires de novembre 2014

Les fédération des commissions voit une main tendue 

La présidente de la Fédération des commissions scolaires, Josée Bouchard, accuse le gouvernement d'être en partie responsable du faible taux de participation au scrutin. Selon elle, la menace qu'a laissée planée Québec concernant l'abolition des commissions scolaires a nui au vote.

Elle reproche aussi au provincial d'investir des miettes dans la promotion des élections scolaires - 35 000 $ -, contre un demi-million de dollars pour les élections municipales. La fédération propose d'ailleurs de les tenir en même temps. 

Le discours est plus collaboratif concernant le projet de réforme de M. Bolduc. Josée Bouchard affirme que le ministre lui a tendu la main lors d'une conversation tôt lundi matin, et elle se dit « satisfaite ». 

Mme Bouchard ne craint pas l'abolition des commissions scolaires. « Ce n'est pas ce que j'ai décodé, dit-elle. Ce que je décode, c'est que le gouvernement veut revoir la structure, la question de la bureaucratie, du regroupement de territoire et de services. Je sens que c'est plus de ça qu'on va se parler que d'abolitions des élus. »

Elle défend l'importance de représentants élus dans le réseau scolaire, qui connaissent bien les besoins du milieu, et qui vont se battre, par exemple, pour sauver de petites écoles en milieu rural ou défendre des programmes d'aide en milieu défavorisé.

Les commissions scolaires pourraient cependant dire oui à des regroupements, à certaines conditions, dit Mme Bouchard.

« Si on est capable de faire la démonstration financière que des regroupements de services par exemple, ce sera plus efficace et que les élèves y gagneront (...), ben oui, ce sera possible de regarder ça. (...) Comme les fusions de commissions scolaires. Mais, il faut faire la démonstration qu'il y aura des économies. » 

Elle souligne que les coûts administratifs des commissions scolaires ont déjà été abaissés ces dernières années à un faible 4,4 %.

Les commissions submergées de demandes fastidieuses de Québec

De son côté, l'Association québécoise des cadres scolaires demande au ministre de l'Éducation de maintenir en place les commissions scolaires dans leur forme actuelle.

L'association soutient que ce n'est pas la structure administrative qui engendre le surplus de bureaucratie, mais « les demandes de plus en plus fastidieuses et les nombreux rapports exigés de la part d'un ministère de l'Éducation centralisateur ». Elle offre sa collaboration à Yves Bolduc pour trouver des solutions.

Politique