•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections scolaires : très faible mobilisation citoyenne à Québec

Une électrice dans un bureau de vote.

Une électrice dans un bureau de vote.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Comme à peu près partout ailleurs dans la province, les citoyens de la grande région de Québec et de ses environs ont boudé dimanche les élections scolaires. Le taux de participation n'a pas dépassé les 5 % dans certaines commissions scolaires.

  • À la Commission scolaire de la Capitale, le taux de participation n'a même pas dépassé les 4 %. Il était de 5,5 % en 2007.
  • À la Commission scolaire des Premières-Seigneuries, un peu plus de 3 % des électeurs sont allés exercer leur devoir de citoyen, comparativement à 10 % en 2007.
  • Dans Chaudière-Appalaches, l'endroit où les électeurs se sont le plus mobilisés (10 %) est la Commission scolaire de la Côte-du-Sud.
  • Dans la région de la Capitale-Nationale, la Commission scolaire de Charlevoix enregistre un taux de plus de 13 %.

Au Québec, le taux de participation pour l'ensemble de la province a été de 4,85 %.

Un scrutin déterminant

Le taux de participation est déterminant pour l'avenir des commissions scolaires. Le ministre de l'Éducation avait laissé entendre avant le scrutin qu'une faible participation pourrait entraîner leur abolition. Dimanche, le ministre Yves Bolduc n'a pas donné beaucoup de détails sur la suite des choses,

« Il va y avoir des discussions comme après chaque élection. Je pense qu'on est très ouvert. On veut avoir un meilleur système d'éducation », a-t-il affirmé à la sortie d'un bureau de scrutin du secteur de Sainte-Foy.

Même s'il disait surveiller de près ces élections, le premier ministre Philippe Couillard a pour sa part d'ores et déjà annoncé qu'il comptait revoir en profondeur le mandat des différents paliers de décision du réseau scolaire.

Déception chez certains nouveaux élus

Certains présidents de commissions scolaires nouvellement élus sont déçus du taux de participation.

Le président de la Commission scolaire de Charlevoix, Pierre Girard, blâme d'ailleurs le gouvernement Couillard, et notamment le ministre Bolduc, d'avoir laissé entendre avant le scrutin qu'une faible participation pourrait entraîner l'abolition des commissions scolaires.

Il estime que les dés étaient pipés à l'avance et que le gouvernement a déjà fait son choix. « Quand on voit le ministre de l'Éducation mettre en relation directe l'avenir des commissions scolaires au vote, moi je pense que le gouvernement avait un agenda caché. Il y a une stratégie derrière tout ça », déplore-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !