•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections scolaires : scrutin déterminant pour les commissions scolaires

Michel Marsolais fait le point sur les élections scolaires
Radio-Canada

Les bureaux de votes pour les élections scolaires sont fermés depuis 20 h. L'avenir des 72 commissions scolaires du Québec lors de cette consultation, qui coûte 20 millions de dollars, est en jeu.

Aujourd'hui encore, cette élection ne semble pas avoir suscité beaucoup d'intérêt dans la population, comme la dernière fois. Lors du dernier scrutin en 2007, le taux de participation avait été de moins de 8 %.

Le ministre de l'Éducation, Yves Bolduc, qui a laissé entendre le mois dernier que le taux de participation à ces élections pourrait être crucial pour l'avenir des commissions scolaires, est allé voter.

Il va y avoir des discussions comme après chaque élection, puis je pense qu'on est très ouvert. 

Yves Bolduc, ministre de l'Éducation

Le premier ministre Philippe Couillard, qui est en mission commerciale en Islande, est plus catégorique.

On va aller vers une simplification comme on le fait dans d'autres secteurs des services publics du Québec.

Philippe Couillard, premier ministre du Québec

La présidente sortante de la commission scolaire de Montréal, Catherine Harel-Bourdon, déplore le manque d'alternatives claires.

Je pense également qu'il faudrait que le gouvernement comprenne qu'on n'a jamais présenté d'autres alternatives que les commissions scolaires jusqu'à maintenant.

Catherine Harel-Bourdon, présidente sortante de la CSDM

Pour Mme Harel-Bourdon, « il faut se poser trois questions : est-ce qu'on va plus faire réussir les élèves? Est-ce qu'on va être plus efficace? Et est-ce que ça va coûter moins cher? »

Mais l'avis dominant est que pour faire des économies et augmenter la participation, il faudrait tenir les élections scolaires en même temps que les élections municipales comme cela se fait déjà ailleurs au pays.

Les nouveautés du vote scolaire cette année

En plus de choisir de nouveaux commissaires scolaires, les électeurs pouvaient aussi voter, pour la première fois, pour les présidents des commissions scolaires, qui étaient auparavant désignés par les élus.

Le Québec compte actuellement 72 commissions scolaires : 60 francophones, 9 anglophones et 3 à statut particulier (Kattivik, du Littoral et Baie-James). Ces dernières ne tenaient toutefois pas d'élections aujourd'hui.

La plus grosse commission scolaire du Québec, la Commission scolaire de Montréal, a une clientèle de 109 280 élèves et 18 380 employés. Plusieurs petites commissions scolaires, en revanche, s'occupent de moins de 5000 élèves.

L'organisation du scrutin a coûté 20 millions de dollars, cette année.

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique