•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un long trajet pour acheter du vin moins cher à Ottawa

Des vins sur une tablette au LCBO

Des vins sur une tablette au LCBO

Radio-Canada

Environ 250 personnes provenant de la ville de Québec ont décidé de prendre l'autobus et de se rendre à Ottawa pour acheter du vin à une succursale de la Régie des alcools de l'Ontario (LCBO). Ils veulent ainsi dénoncer, disent-ils, les prix élevés des vins qui sont vendus à la Société des alcools du Québec (SAQ) et son monopole sur le commerce du vin dans la province.

Ces Québécois répondent à une invitation qui a été lancée par Sylvain Bouchard, l'animateur d'une émission de radio privée à Québec. L'animateur a dit vouloir dénoncer le prix des vins à la SAQ, qui sont jusqu'à 3 $ plus cher qu'en Ontario.

Ce dernier a ainsi invité ses auditeurs à dépenser vingt dollars pour le billet d'autobus afin d'aller acheter du vin moins dispendieux à Ottawa.

Au total, ce sont cinq autobus qui sont partis de Québec pour se rendre à Ottawa.

Reynald Pelletier fait partie des gens qui ont décidé de participer à l'initiative. « Si on regarde actuellement le Do gagiolo, carpiteno, Italie, il est à 14,60 $, comparativement à 17,85 $ à la SAQ à Québec, une économie de 18,2 %, c'est-à-dire 3,25 $ », a-t-il pris comme exemple.

La succursale de la LCBO d'Ottawa où se sont rendus les Québécois s'est dite très contente de cette nouvelle, mais rappelle qu'en vertu de la législation québécoise, chaque personne a le droit d'acheter douze bouteilles maximum.

En raison de la grande quantité d'alcool qui a été achetée par les 250 personnes venues de Québec, la LCBO d'Ottawa avait pris leur commande afin de s'assurer d'être en mesure de répondre à tous les besoins.

Pour sa part, la SAQ s'est défendue en soulignant que les prix des vins sont parfois comparés à la hausse et d'autres fois à la baisse des deux côtés de la frontière.

La société « essaie toujours de desservir le mieux possible sa clientèle en offrant les plus bas prix », a dit Linda Bouchard, porte-parole pour la SAQ. Elle ajoute toutefois que la société « entend et comprend les revendications des consommateurs qui veulent des vins moins chers ».

D'après les informations de Laurie Trudel

Québec

Économie