•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dernier au revoir à l’adjudant Patrice Vincent

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les funérailles de l'adjudant Patrice Vincent, happé intentionnellement à Saint-Jean-sur-Richelieu le 20 octobre, ont été célébrées samedi.

Les funérailles de l'adjudant Patrice Vincent, happé intentionnellement à Saint-Jean-sur-Richelieu le 20 octobre, ont été célébrées samedi.

La veille, de nombreux citoyens ont tenu à rendre hommage au militaire, dont la dépouille était exposée dans un salon funéraire de Longueuil.

La famille souhaitait que les obsèques se déroulent en privé, mais la population a été invitée à honorer sa mémoire le long de la route du cortège funèbre, entre le funérarium Yves Légaré de Longueuil et la cathédrale Saint-Antoine de Padoue. L'émotion et le respect étaient d'ailleurs palpables tout au long du passage du cortège, qui s'est fait complètement en silence.

Lors de la cérémonie, la soeur jumelle de Patrice Vincent lui a rendu hommage.

« Patrice Vincent, mon frère, l’adjudant, était un héros. »

— Une citation de  Louise Vincent , sœur de l'adjoint Patrice Vincent

C'était la première fois que la famille du défunt s'adressait aux médias depuis l'attaque. « C'est une chose de perdre son frère, mais c'est tout autre chose de savoir que ça a été par un geste volontaire », a affirmé Louise Vincent, dont la peine a été encore plus brutale lorsqu'elle a appris l'attentat contre le parlement à Ottawa.

Karine Bastien fait le point sur les funérailles de l'adjudant Patrice Vincent

De nombreux militaires et pompiers étaient présents, certains de l'extérieur de la province, pour rendre hommage à l'adjudant. Celui-ci a servi pendant 28 ans dans les Forces canadiennes, pour la plus grande partie de sa carrière comme pompier.

Des citoyens s'étaient également déplacés nombreux pour l'événement, dont plusieurs membres de la mosquée de Saint-Jean-sur-Richelieu, fréquentée par Martin Couture-Rouleau, à l'origine du drame.

Les funérailles du militaire ont aussi été célébrées en présence de plusieurs dignitaires, dont le premier ministre Stephen Harper et les chefs des partis d'opposition, Thomas Mulcair et Justin Trudeau. La vice-première ministre du Québec, Lise Thériault, était également présente.

Le premier ministre Harper y est également allé d'un discours, qualifiant Patrice Vincent de « héros » et affirmant que « notre pays ne sera jamais intimidé par les barbares qui ne respectent ni la feuille d'érable ni aucun symbole de liberté ».

« Quand des lâches attaquent ceux qui portent notre uniforme, nous comprenons qu'ils nous attaquent tous comme Canadiens. [...] Nous allons renforcer nos lois, ici, au pays, pour contrer ceux qui voudraient importer sur notre sol, une idéologie qui sème la haine, la cruauté et la mort ailleurs dans le monde. »

— Une citation de  Stephen Harper

La cérémonie s'est terminée par le dépouillement du cercueil et la remise du drapeau, des médailles et du képi de l'adjudant à la famille. Une salve a été tirée, alors que trois hélicoptères Hercule survolaient la scène.  

L'adjudant de 53 ans a été fauché par la voiture d'un jeune homme radicalisé (Nouvelle fenêtre), Martin Couture-Rouleau.

Le militaire a succombé à ses blessures après que Martin Couture-Rouleau l'eut renversé, ainsi qu'un de ses collègues, dans un stationnement de Saint-Jean-sur-Richelieu.

L'agresseur qui faisait partie d'un groupe de 90 Canadiens « radicalisés » surveillés par le Service canadien du renseignement de sécurité a été abattu par la police de Saint-Jean-sur-Richelieu au terme d'une poursuite.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !