•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jian Ghomeshi : la version de la CBC

Jian Ghomeshi

Jian Ghomeshi

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

C'est après avoir pris connaissance de « preuves explicites » démontrant « que Jian avait causé des blessures physiques à une femme » que la CBC a décidé de mettre fin à l'emploi de son animateur vedette Jian Gomeshi.

Dans une note interne distribuée aux employés, la vice-présidente des services anglais Heather Conway donne pour la première fois la version de la société d'État des circonstances ayant conduit au congédiement de l'animateur vedette de l'émission Q, dimanche.

Cette preuve a été obtenue le 23 octobre et la CBC a conclu « que la conduite de Jian constituait une violation fondamentale de la norme de conduite acceptable pour tout employé à CBC/Radio-Canada ».

La CBC reconnaît que Jian Ghomeshi l'a mise au courant ce printemps que le Toronto Star enquêtait sur des allégations d'une ex-petite amie selon lesquelles il aurait eu des relations sexuelles non consensuelles comprenant des pratiques brutales. Jian Ghomeshi a nié ces allégations.

L'entreprise dit aussi avoir enquêté au début de l'été, après qu'une employée de Q eut reçu une lettre qui affirmait que le comportement de l'animateur « pourrait avoir "débordé" dans le milieu de travail ». Une enquête interne a conclu qu'il n'existait pas de plainte de cette nature envers le comportement de Ghomeshi, qui a répété que les allégations étaient fausses.

Hier, la CBC a annoncé qu'elle embauchera une entreprise externe pour mener une enquête sur les allégations contre l'ancien animateur de l'émission de radio Q.

Jian Ghomeshi a été congédié dimanche. Dans une lettre publiée sur sa page Facebook , il a déclaré avoir été congédié parce que le radiodiffuseur craignait que des détails sur sa vie sexuelle soient rendus publics, ajoutant qu'il était l'objet d'une campagne de « fausses allégations d'une petite amie éconduite et d'un rédacteur pigiste ». Il a insisté sur le fait que les relations sexuelles brutales dans lesquelles il s'est engagé avaient toujours été consensuelles.

Lundi, il a déposé une poursuite de 55 millions de dollars (Nouvelle fenêtre) contre son ancien employeur.

Deux femmes s'identifient

Depuis, plusieurs femmes ont affirmé à la CBC et au Toronto Star avoir été violentées par l'ancien animateur-vedette de l'émission Q. Aucune n'a porté plainte formellement et seulement deux d'entre elles, Reva Seth (Nouvelle fenêtre) et l'actrice Lucy DeCoutere, ont accepté de révéler leur identité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario