•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Unilingues? Bilingues? Les cartes de la langue à Montréal

Radio-Canada

Montréal traîne son lot de clichés, mais sont-ils tous vrais? Pour ce dernier article d'une série sur les stéréotypes revus et corrigés de la métropole, nous nous intéressons à la carte linguistique de Montréal.

Une chronique de Pasquale Harrison-Julien, du Grand MontréalTwitterCourriel

1. Français et Anglais

Carte avec des points et des couleurs

Connaissance du français et de l'anglais

Photo : Radio-Canada

La version originale de ce document a été modifiée. Pour des raisons techniques, la version interactive de la carte n'est plus disponible.

Les deux solitudes peuvent-elles converser sur l'île de Montréal? Si on regarde les statistiques, la grande majorité des Montréalais (57,7 %) disent maîtriser les deux langues officielles.

Les villes de l'agglomération sont davantage bilingues (70,7 %) que les arrondissements (55,8 %).

En pourcentage, Senneville est la championne du bilinguisme : 78,8 % de sa population dit parler français et anglais. Suivent Kirkland (77,4 %) et Mont-Royal (77,2 %).

En nombre, les arrondissements, plus populeux, font bonne figure. Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce est en tête (97 435 personnes). Rosemont-La Petite-Patrie (74 170) devance le Plateau-Mont-Royal (66 995).

Pour cette série, nous avons utilisé l'Annuaire statistique de l'agglomération de Montréal, publié par l'équipe de Montréal en statistiques, de la Ville de Montréal. Ce document analyse des données tirées du recensement de 2011 et de l'enquête nationale auprès des ménages de 2011.

2. En Français, s'il vous plaît

Carte de la Ville de Montréal.

Connaissance du français seulement par arrondissement.

Photo : Radio-Canada

La version originale de ce document a été modifiée. Pour des raisons techniques, la version interactive de la carte n'est plus disponible.

En tout, 28 % des résidents de l'agglomération de Montréal affirment parler le français uniquement.

À Montréal-Est, 63,4 % sont dans cette catégorie. Dans les arrondissements, c'est près de la moitié d'Anjou (48,1 %), alors que Mercier–Hochelaga-Maisonneuve (48,1 %) parle aussi exclusivement la langue de Molière.

En nombre, les résidents de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve sont les plus nombreux à être exclusivement francophones (61 900), suivi de Rosemont-La Petite-Patrie (53 085) et Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension (52 625).

3. In English, please

Carte montrant où vivent les anglophones à Montréal.

Connaissance de l'anglais seulement

Photo : Radio-Canada

La version originale de ce document a été modifiée. Pour des raisons techniques, la version interactive de la carte n'est plus disponible.

Partout sur l'île, 11,8 % des résidents conversent uniquement en anglais. Où sont les proportions les plus importantes? Côte-Saint-Luc (28,1 %), Dollard-des-Ormeaux (25,5 %) et Pointe-Claire (25,5 %).

Le plus grand nombre d'unilingues anglophones habitent dans les arrondissements de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce (39 865), de Saint-Laurent (15 095) et de Ville-Marie (14 200).

4. Ni un, ni l'autre

Carte montrant où vivent les personnes ne parlant ni le français, ni l'anglais à Montréal

Connaissance ni de l'anglais ni du français

Photo : Radio-Canada

La version originale de ce document a été modifiée. Pour des raisons techniques, la version interactive de la carte n'est plus disponible.

En 2011, ils étaient 48 540 personnes à ne maîtriser ni l'anglais ni le français. Un chiffre qui représente 2,6 % des Montréalais.

Ils sont les plus nombreux à Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension (8 465), Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce (4 965) et Saint-Laurent (4520).

Société