•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Ancienne-Lorette : enquête sur l'embauche de Normandeau

Nathalie Normandeau

Le commissaire à l'éthique et à la déontologie va enquêter sur l'embauche de Nathalie Normandeau comme consultante spéciale à la Ville de L'Ancienne-Lorette, à la suite d'une plainte déposée par la députée péquiste Agnès Maltais.

En début de semaine, l'ancienne ministre a été nommée conseillère auprès de la municipalité dans ses négociations avec l'agglomération de Québec.

La députée de Taschereau croit que l'ex-ministre des Affaires municipales aurait commis un manquement au Code d'éthique et de déontologie des membres de l'Assemblée nationale en acceptant ce poste.

Selon Agnès Maltais, Nathalie Normandeau contrevient à l'article 59 du Code qui empêche les ex-politiciens d'occuper des fonctions en lien avec des dossiers qu'ils ont traités alors qu'ils étaient ministres.

L'article 59 du Code stipule qu'« un membre du Conseil exécutif qui a agi relativement à une procédure, une négociation ou une autre opération particulière ne peut, après qu'il ait cessé d'exercer ses fonctions à ce titre, agir au nom ou pour le compte d'autrui à l'égard de la même procédure, négociation ou autre opération ».

Or, Nathalie Normandeau était ministre des Affaires municipales en 2009, lorsque les maires de Québec, de L'Ancienne-Lorette et de Saint-Augustin-de-Desmaures ont signé une entente de fonctionnement pour régler le problème de l'agglomération.

Nathalie Normandeau a été avisée de la demande d'enquête, souligne le communiqué envoyé par le commissaire à l'éthique.

S'il conclut qu'il y a eu manquement, son rapport sera déposé devant l'Assemblée nationale.

La nomination de Nathalie Normandeau a été approuvée lors du conseil municipal mardi soir. Les élus ont approuvé un tarif de 250 $/heure, jusqu'à concurrence de 25 000 $.

À l'instar de Saint-Augustin-de-Desmaures, L'Ancienne-Lorette estime payer trop cher pour les services de l'agglomération de Québec. Sa facture annuelle s'élève à 15 millions de dollars.

Québec

Politique