•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Philippe Couillard muet sur la question des droits de la personne en Chine

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, entouré des premiers ministre de l'Ile-du-Prince-Édouard, Robert Guiz et de la première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, au dernier jour de leur mission en Chine.

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, entouré des premiers ministre de l'Ile-du-Prince-Édouard, Robert Guiz et de la première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, au dernier jour de leur mission en Chine.

Photo : La Presse canadienne / Andy Wong

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Au dernier jour de sa mission en Chine, la question des droits de l'homme a embarrassé le premier ministre du Québec, Philippe Couillard.

D'après un reportage de Martine BironTwitterCourriel

Le premier ministre Couillard a décidé de suivre une autre voie que celle empruntée par son homologue de l'Ontario, Kathleen Whynne.

La première ministre ontarienne affirme avoir fait part de ses préoccupations aux autorités chinoises, en ce qui concerne la liberté d'expression et le droit de se rassembler pacifiquement.

Mais Philippe Couillard a évacué la question de ses discussions avec les autorités chinoises. Durant cette mission, de Shanghai à Pékin, Québec a multiplié les rencontres pour faire des affaires.

Et les affaires, a dit le premier ministre, sont bonnes : « Cette mission est réussie au-delà de nos espérances ».

Mais sous ses airs modernes, la Chine demeure une dictature. Et la question des droits de la personne continue de préoccuper le monde.

Le premier ministre Couillard a expliqué pourquoi il n'a pas discuté des droits de la personne : « Je ne l'ai pas fait, je venais pour l'investissement et l'emploi ».

Un changement de cap puisqu'au premier jour de sa mission, il promettait une autre approche. « On va tout simplement aborder la question de façon correcte et polie avec nos hôtes. On vient surtout pour parler d'investissement et de collaboration », affirmait Philippe Couillard, dimanche dernier.

Mais pourquoi, a demandé un journaliste, le premier ministre a-t-il décidé d'éviter la question?

« Arretez d'avoir des introductions comme ça », s'est exclamé Philippe Couillard à ce journaliste. « Vous allez faire un titre : Couillard a abdiqué. C'est ça que vous voulez. Ce n'est pas ça qui est arrivé. On a eu des activités ici pour rencontrer les interlocuteurs pour créer de l'emploi au Québec », a précisé Philippe Couillard.

Le premier ministre du Québec affirme qu'il aura d'autres occasions d'évoquer la question des droits de la personne en Chine.

Malgré des rencontres qu'il a qualifiée de « haut niveau » avec le maire de Shanghai ou le gouverneur du Shandong, il maintient que c'est plutôt avec un dirigeant senior qu'il pourra discuter d'un sujet aussi sensible.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !