•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La plus grosse collection de nids de guêpes au monde se trouve au Témiscamingue

Radio-Canada

La plus grosse collection de nids de guêpes du monde se trouve au Témiscamingue. Depuis environ 12 ans, plus de 1000 nids de guêpes sont exposés dans un centre d'interprétation du village de Laverlochère.

La plus grosse collection de nids de guêpes du monde se trouve au Témiscamingue. Depuis environ 12 ans, plus de 1000 nids de guêpes sont exposés dans un centre d'interprétation du village de Laverlochère.

Une passion insolite

Cette collection des plus inusitées a été assemblée par feu Gérard Gagnon, un citoyen de Laverlochère.

Malgré que l'exposition ait été installée il y a 12 ans, la passion de M. Gagnon était connue depuis belle lurette par les gens du coin. En vérité, dès 1993, la collection de Gérard Gagnon a obtenu son titre de plus grande collection au monde de la part du Livre Guiness des records. Il en possédait alors 288. Il les accumulait depuis 20 ans. M. Gagnon détient encore le record, ayant maintenant plus de 1000 nids à sa collection.

M. Gagnon a mis des dizaines d'année pour rassembler tous ces nids. À l'origine, il était monteur de lignes pour Hydro-Québec. C'est en exerçant ce métier qu'il s'est découvert une passion pour les nids de guêpes. Lors d'opérations techniques, il devait régulièrement voire à retirer délicatement des nids qui se trouvaient sur des structures d'Hydro-Québec.

La nouvelle a fait son chemin au village de Laverlochère. M. Gagnon est devenu, aux yeux de ses concitoyens, l'expert en matière d'extermination de guêpes. Dès qu'un nid de guêpes apparaissait dans un endroit où la tâche de le retirer devenait laborieuse, M. Gagnon était appelé sur les lieux. Il accumulait ainsi de nouvelles ruches pour sa collection.

Une exposition

Juste avant qu'il ne meurt, on s'est dit que nous devions récupérer sa collection de nids de guêpes, parce que lui collectionnait depuis plus de 25 ans. C'était du patrimoine pour Laverlochère.

Chloé Beaulé-Poitras, commissaire de l'exposition

Il y a 12 ans, vers 2002, Chloé Beaulé-Poitras, originaire de Laverlochère, s'est retrouvée avec le projet de créer une exposition de nids de guêpes entre les mains. C'est la Corporation de développement de Laverlochère qui lui a refilé le contrat.

Quand je suis arrivée, les nids étaient tous dans des boîtes de carton. Je les ai triés, je les ai classés par catégorie, par grosseur, par couleur. Ensuite j'ai fait des recherches sur comment les guêpes construisent leurs nids. Lentement, comme ça, l'exposition a pris forme.

Chloé Beaulé-Poitras, commissaire de l'exposition

La visite de l'exposition comprend un guide interprète qui possède une foule d'informations sur la vie de la guêpe et sur l'architecture et les différents types de nids. Mais il est impossible de communiquer l'ampleur réelle de l'exposition. Seule une visite peut rende justice au projet.

À première vue, quand les gens entendent parler d'une collection de nid de guêpes, ça ne leur dit rien. Mais quand ils mettent les pieds ici, ils sont très impressionnés, juste visuellement. Et quand ils font la visite, c'est doublement plus enrichissant.

Chloé Beaulé-Poitras, commissaire de l'exposition

Le public peut visiter l'exposition à Laverlochère du 24 juin jusqu'à la fête du travail et par réservation le reste de l'année, au 5 rue Saint-Isidore Est.

Informations en vrac à propos de la guêpe :

  • C'est au mois d'août qu'on en retrouve en plus grand nombre
  • Il y en a 14 espèces au Québec
  • Seule la reine peut survivre au froid de nos hivers
  • Elles causent environ 8 décès par année au Canada
  • De 5 à 10% des gens allergiques aux piqûres développent une réaction généralisée

Un immense merci à Chloé Beaulé-Poitras, qui a agi ici en tant qu'intervenante et recherchiste.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Société