•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le programme emploi-solidarité en péril

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Denise Vézina

Denise Vézina

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Radio-Canada a appris que le programme emploi-solidarité mis en place par l'organisme Comsep à Trois-Rivières est en péril. À moins d'un revirement inattendu, le programme qui aide des personnes en grande difficulté à se trouver un emploi prendra fin vendredi.

Depuis 12 ans, le programme emploi-solidarité permet à des gens de ne plus avoir recours à l'aide sociale. Les employeurs qui embauchent des travailleurs incapables de fonctionner normalement dans un emploi régulier reçoivent une aide d'Emploi-Québec. L'organisme verse de 40 % à 60 % du salaire de l'employé.

Denise Vézina fait partie des prestataires de ce programme. Après avoir longtemps bénéficié de l'aide sociale, elle travaille maintenant comme aide-cuisinière.

Mercredi matin, elle a appris qu'elle perdrait probablement son emploi vendredi. 

Ça fait 10 ans que je suis sur ce projet-là. J'avais une certaine dignité. Et là j'ai l'impression un peu qu'on me la vole.

Denise Vézina, aide-cuisinière

À Trois-Rivières, 17 personnes à statut précaire ont un emploi grâce au projet emploi-solidarité.

Lise St-Germain, chercheuse à l'Université du Québec en Outaouais, est convaincue des bienfaits de ce programme. « Ils arrivent à ne plus être sur l'aide sociale, explique-t-elle. On peut y arriver, on peut sortir de l'aide sociale quand on a les bons moyens pour le faire. »

Ça permet à des gens de travailler, d'être des exemples pour leurs familles, pour leurs enfants. Des modèles pour les gens de leur entourage. Ça a des bénéfices sociaux, des bénéfices économiques pour la personne, mais c'est un bon coup pour l'état.

Sylvie Tardif, coordonnatrice à Comsep

Sylvie Tardif, coordonnatrice à Comsep, a demandé une rencontre avec le ministre Jean-Denis Girard pour lui expliquer la situation. Elle n'a pas encore eu de réponse.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !