•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fin du tourisme médical réclamée

Coalition opposée au tourisme médical

Photo : Radio-Canada/Claudine Brûlé

Radio-Canada

Des regroupements de professionnels de la santé demandent la fin du tourisme médical. Médecins canadiens pour le régime public, l'Association des infirmières et infirmiers autorisés de l'Ontario, l'Association des sages-femmes de l'Ontario et l'Association des centres de santé de l'Ontario affirment que cette pratique met en danger le système de santé universel.

Ils demandent aux professionnels de la santé de dénoncer le tourisme médical lorsqu'ils en sont témoins. Selon ces opposants, laisser des étrangers utiliser les services de santé en échange d'argent ouvre la porte à la privatisation.

Qui nous dit que les mieux nantis ne pourront pas faire la même chose?

Doris Grinspun, présidente de l'Association des infirmières autorisées de l'Ontario

La coalition affirme que les patients étrangers prennent des ressources du système public : des lits, des médecins et des infirmières qui ne fournissent pas leurs services aux Ontariens pendant ce temps.

Selon la coalition, ces patients qui viennent de l'extérieur passent devant des patients locaux qui attendent sur des listes depuis longtemps.

Désaccord du ministre Hoskins

Le ministre de la Santé de l'Ontario, Eric Hoskins, reconnaît que des patients internationaux sont accueillis dans moins d'une dizaine d'hôpitaux dans la province. Mais il affirme que ces patients ne passent pas devant les Ontariens.

Les revenus qui proviennent des patients internationaux sont réinvestis dans le système de santé publique.

Eric Hoskins, ministre de la Santé de l'Ontario

Le réseau de santé universitaire de l'Ontario a accueilli 86 patients de l'étranger l'an dernier, pour fournir des soins non offerts dans leurs pays.

Selon la direction, les revenus générés par ces patients ont permis d'ouvrir pour un an deux chambres pour patients et une salle d'opération.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario

Santé