•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La sécurité ne doit pas être favorisée au détriment des libertés civiles, disent deux commissaires

Daniel Therrien, commissaire à la protection de la vie privée du Canada

Radio-Canada

Les commissaires à la protection de la vie privée du Canada et de l'information, Daniel Therrien et Suzanne Legault, mettent en garde le gouvernement canadien contre des mesures qui, tout en accroissant la sécurité, pourraient avoir pour effet de piétiner les libertés civiles.

Les commissaires ont tenu à faire une déclaration publique à cet effet, mercredi, à la suite des attaques perpétrées la semaine dernière à Ottawa et à St-Jean-sur-Richelieu.

Ces déclarations sont faites dans le contexte où le ministre de la Sécurité publique, Steven Blaney, affirmait sans détour il a quelques jours, qu'il est nécessaire de donner plus de pouvoirs aux autorités policières et de renseignement.

À la suite des événements tragiques comme ceux de la semaine dernière, [il faut] se rappeler quel genre de société on est et, s'il doit y avoir une augmentation des pouvoirs policiers, [il faut] que ça soit justifié, clairement, et ne pas oublier que ces modifications doivent être équilibrées.

Daniel Therrien, commissaire à la protection de la vie privée du Canada

Des changements législatifs sont en branle et, pour les commissaires Therrien et Legault, il importe qu'Ottawa se base sur des faits pour effectuer ces modifications. Le commissaire Daniel Therrien dit comprendre que « le gouvernement veuille réfléchir, veuille considérer l'adoption de nouvelles mesures, ça je pense est quelque chose qui doit être accepté ».

Mais de l'avis de Daniel Therrien, « il est important [...] de se rappeler la nature profonde de nos droits, la nature profonde de notre société qui est une société de droits ».

C'est important de s'assurer que nos gouvernements disposent des outils nécessaires pour évaluer les risques mais c'est tout autant important que les activités de ces agences fassent l'objet d'une surveillance par des tierces parties indépendantes, afin que nous puissions être sûrs, en tant que société, que ces activités sont faites d'une façon légale.

Daniel Therrien, commissaire à la protection de la vie privée du Canada

La police est suffisamment outillée

Le commissaire à la protection de la vie privée estime que les forces policières et de sécurité nationale disposent de suffisamment d'outils, déjà, pour faire face à des situations menaçantes pour la sécurité du pays. Daniel Therrien se refuse à conclure que les mesures qu'adoptera le gouvernement de Stephen Harper ne seront pas nécessaires. Toutefois, il est clair à ses yeux que « les policiers disposent de moyens suffisants pour faire face à ces problèmes ». Notamment, dit-il, depuis l'adoption de la Loi antiterroriste.

Des considérations fondamentales

Selon la commissaire à l'information du Canada, Suzanne Legault, il importe de regarder les mécanismes de surveillance, y compris les provisions contenues dans la Loi sur l'accès à l'information, qui touchent à ce type d'activités de la part du gouvernement.

Dans ces questions d'enquêtes policières et de sécurité nationale, il y a une asymétrie [...] Le gouvernement possède beaucoup d'informations, mais les Canadiens et les parlementaires en ont très peu. Et c'est ça qui fait qu'on a de la difficulté à prendre des décisions éclairées, alors que ces décisions sont fondamentales pour la société canadienne.

La commissaire à l'information du Canada, Suzanne Legault

La commissaire Legault recommande au gouvernement Harper d'instaurer des audiences publiques pour que la discussion sur ces changements, leur impact et leur portée, soit accessible à l'ensemble de la population.

Avec les informations de La Presse canadienne

Société