•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nathalie Normandeau reproche au gouvernement de manquer de vision

CLD de la Haute-Gaspesie

Marie-Christine Gagnon en discute avec Paul Huot

Photo : Joane Bérubé

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement du Québec réfléchit depuis plusieurs semaines sur la pertinence des Conférences régionales des élus (CRÉ), des Centres locaux de développement (CLD) et des Carrefours Jeunesse-emploi (CJE). Cette réflexion inquiète plusieurs acteurs dans l'Est du Québec.

À plusieurs reprises, des représentants gouvernementaux ont parlé de dédoublement de mission, rendant très plausible un « rebrassage complet » de ces structures, ce qui ne va pas sans inquiéter même l'ancienne vice-première ministre du Québec, Nathalie Normandeau.

Table ronde éclairante

Participant à une table ronde dans le cadre de l'émission radiophonique Au Cœur du Monde, trois leaders régionaux de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine ont eu l'occasion aujourd'hui de parler d'une seule voix.

Pour une, l'ex-ministre Nathalie Normandeau n'hésite pas à laisser de côté ses allégeances partisanes et à pourfendre le gouvernement Couillard.

« Malheureusement, je trouve que le message qu'on envoie c'est un message de centralisation plutôt que de décentralisation », dénonce t-elle.

On a l'impression que le gouvernement ne fait vraiment pas confiance aux régions.

Une citation de :Nathalie Normandeau, ex-députée de Bonaventure et ex-ministre libérale

Nathalie Normandeau est très déçue des récentes décisions du gouvernement y compris l'abolition des Agences de santé et de services sociaux. Elle craint maintenant de perdre encore davantage d'acquis.

« On a l'impression qu'on fait fi de 30 ans d'historique en développement régional, 30 ans d'apprentissage des citoyens en région », déplore-t-elle.

Selon Nathalie Normandeau il y a un manque de vision et le gouvernement ne semble pas connaître « la piste d'atterrissage ».

Point de vue partagé par l'ex-ministre péquiste madelinot, Maxime Arseneau qui rappelle qu'à l'époque de la lutte au déficit 0 du gouvernement de Lucien Bouchard, il y avait eu un Sommet et de multiples consultations. « Je ne vois rien de tout ça actuellement et je trouve cela inquiétant », de dire l'ex- politicien.

La mairesse de Ste-Anne-des-Monts, Micheline Pelletier.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La mairesse de Ste-Anne-des-Monts, Micheline Pelletier.

Photo : Joane Bérubé

De son côté, la mairesse de Sainte-Anne-des-Monts, Micheline Pelletier est d'avis que Québec est encore une fois en train de couper « mur à mur » sans tenir compte des spécificités des milieux ni des impacts dans les petites communautés.

J'ai l'impression de vivre des deuils, des deuils très importants. Non, ils n'ont pas de vision. Ils ont un objectif : réduire les dépenses.

Une citation de :Micheline Pelletier, mairesse de Sainte-Anne-des-Monts

Nathalie Normandeau, Maxime Arseneau et Micheline Pelletier en appellent à la mobilisation pour que cessent les mesures qui appauvrissent les régions.

Mme Normandeau espère toujours pour sa part que le gouvernement va réviser sa stratégie et exercer un véritable « leadership » qui sert les régions plutôt que de leur nuire.

Une note inquiétante

Radio-Canada a d'ailleurs mis la main sur une note interne envoyée par le président de l'Association des Centre locaux de développement du Québec et destinée aux directeurs de CLD.

Jacques Daoust, ministre de l'Économie, de l'Innovation et de l'ExportationAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jacques Daoust, ministre de l'Économie, de l'Innovation et de l'Exportation

Photo : Radio-Canada

Le président de l'ACLDQ confirme avoir rencontré lundi des gens du cabinet du ministre de l'Économie, de l'Innovation et des Exportations, Jacques Daoust.

Lors de cette rencontre, le ministre a laissé entendre que ce sont les Municipalités régionales de comté (MRC) qui pourraient déterminer le véhicule le plus approprié localement pour accomplir le mandat actuellement dévolu aux CLD.

Ainsi certaines MRC pourraient décider de maintenir les CLD. D'autres pourraient choisir de transférer leur mandat aux MRC.

Pourtant, il y a quelques jours à peine, l'Association des CLD du Québec rappelait que durant le dernier Conseil national du parti libéral, les élus avaient souligné l'apport des CLD au développement économique régional et au déploiement de la future Politique nationale de l'innovation industrielle et des entreprises innovantes.

Retour au passé

« On revient vraiment à une approche individuelle. C'est un peu un retour avant 1997. C'est un peu décevant parce qu'on va avoir moins de solidarité, moins de concertation », croit le député péquiste de Gaspé, Gaétan Lelièvre.

Chaque municipalité risque de travailler dans son patelin sans devoir se concerter avec les municipalités de son territoire.

Une citation de :Gaétan Lelièvre, député de Gaspé

Ce retour à l'approche individuelle serait également accompagné par une réduction de budget.

Radio-Canada a en effet appris que les CRÉ seraient remplacées par une table des préfets qui verrait ses coûts de fonctionnement réduits de 50 %.

Les Carrefours Jeunesse emploi sont également dans le collimateur de Québec. Depuis plusieurs semaines, on parle ouvertement de réviser leur mandat. Les
organismes devront maintenant accueillir en priorité les prestataires d'aide sociale ou d'assurance-emploi, ces jeunes leurs étant désormais référés par Emploi-Québec.

Autres craintes régionales

La titulaire de la chaire de recherche en développement régional à l'UQAR Marie-Josée Fortin considère que les régions risquent de perdre beaucoup si Québec va de l'avant en réduisant de moitié les budgets des CLD et en supprimant les Conférences régionales des élus.

Mme Fortin considère que ces organismes régionaux mis en place au fil des 30 dernières années ont développé une expertise très utile aux entreprises tout en assurant une meilleure coordination des projets dans les régions.

« Ça devient un discours un peu démagogique de dire que toute structure n'est pas bonne parce qu'elle alourdit, c'est un fardeau bureaucratique. Pour moi c'est du faux discours. C'est très important d'avoir ces organisations-là qu'elles soient fortes dans nos régions », d'affirmer la spécialiste.

Je pense qu'on s'appauvrit collectivement.

Une citation de :Marie-Josée Fortin, titulaire de la Chaire de recherche en développement régional, UQAR

Les députés de l'opposition dans l'Est du Québec craignent qu'en prenant prétexte de la situation difficile des finances publiques, le gouvernement libéral prive les régions de structures qui leur permettent d'assumer leur développement économique.

La crainte de voir le gouvernement Couillard privilégier une centralisation plus grande des ministères à Québec par mesure d'économie semble bien présente dans la région.

La préfète de la MRC du Rocher-Percé, Diane Lebouthillier a d'ailleurs récemment émis des craintes concernant l'impact de cette redéfinition des structures sur la rétention des jeunes familles et des travailleurs diplômés en région.

Une partie des réponses devrait venir cet après-midi alors que le ministre Jacques Daoust rencontrera les directeurs de CLD à Québec.

La mission du CLD  est de contribuer au développement économique en favorisant l'entrepreneuriat, y compris l'entrepreneuriat en économie sociale, auprès des porteurs de projets d'affaires en collaboration avec les partenaires socioéconomiques.

Le Carrefour Jeunesse-Emploi a comme mandat d'accompagner et de guider les jeunes adultes de 16 à 35 ans dans leurs démarches d'insertion sociale et économique. Les conseillers du CJE accompagnent les jeunes dans leur cheminement vers l'emploi ou vers un retour aux études.

La Conférence régionale des élus (CRÉ) est reconnue, par le gouvernement du Québec, comme étant l'interlocutrice privilégiée pour toute question touchant le développement régional. La CRÉ a la mission de promouvoir et de supporter le développement régional dans tous les secteurs d'activité et de favoriser la concertation entre les intervenants socio-économiques du milieu régional.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec