•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cacouna : les travaux ont été plus bruyants qu'autorisés

Barge de TransCanada près du quai de Cacouna

Barge de TransCanada près du quai de Cacouna

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les premiers travaux de TransCanada à Cacouna ont bel et bien été plus bruyants qu'autorisés. Ce ne sont cependant pas les carottages ou les forages, mais bien les travaux de pénétration qui posent problème, selon le ministère de l'Environnement.

Selon un rapport d'étape transmis au ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) par l'entreprise, le bruit a été entendu jusqu'à cinq fois plus loin que ce qui était indiqué au certificat d'autorisation.

Le rapport demeure confidentiel, mais le MDDELCC en a dévoilé certaines données.

Ainsi, le bruit maximal autorisé pour ces travaux était de 120 décibels, l'équivalent d'une sirène de pompiers. Une telle intensité était autorisée jusqu'à une distance de 540 mètres du lieu des travaux.

Mais, selon les documents déposés, il a été entendu jusqu'à 2747 mètres, soit presque à trois kilomètres de la source du bruit.

Ces bruits étaient tellement intenses que de son propre chef, l'entreprise a décidé de doubler la zone de protection, interrompant ses travaux lorsqu'un béluga était visible non pas à un demi, mais jusqu'à un kilomètre de distance.

Deux types de travaux

Autre élément important, c'est qu'il y a eu deux types de travaux réalisés jusqu'ici à Cacouna. Les premiers, connus sont des forages ou carottages. Pour ce type de travaux,TransCanada a respecté les niveaux de bruit permis, nous apprend le MDDELCC.

Quant aux seconds, dont personne n'avait entendu parler jusqu'à tout récemment, il s'agit de tests de pénétration standards. Il s'agit d'une sorte de marteau de 60 kilogrammes qui frappe une tige de métal pour déterminer la résistance du sol.

Ce sont ces travaux qui ont causé le plus de bruit et qui expliquent que TransCanada attend toujours un feu vert pour reprendre ses activités au large de Cacouna.

D'après les informations recueillies par Denis Leduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec