•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Couillard rêve d'un lien direct entre Montréal et la Chine

Le premier ministre du Québec Philippe Couillard

Le premier ministre du Québec Philippe Couillard

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

En visite en Chine pour promouvoir l'importance des liens économiques entre les deux gouvernements, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, tente de faire avancer le projet d'un lien direct entre Montréal et la Chine.

M. Couillard estime qu'après 30 ans de relations soutenues avec la Chine, les liens entre les deux gouvernements doivent « franchir une étape de plus à laquelle j'attache une grande importance ».

« Je suis convaincu et j'ai de bonnes raisons de penser que ce projet pourra bientôt se réaliser », a déclaré le premier ministre au cours d'un discours prononcé devant des gens d'affaires de la région de Shanghaï.

M. Couillard a par la suite tempéré l'optimisme suscité par cette déclaration en indiquant qu'un tel lien aérien demeurait « réaliste », mais qu'il fallait « se garder d'être trop hâtif dans les prédictions et les échéanciers ». Les processus d'approbation sont « très, très compliqués » en Chine, a précisé M. Couillard.

Le Plan Nord et 18 ententes

Le premier ministre québécois a également profité de son passage devant des gens d'affaires pour promouvoir son Plan Nord, espérant attirer des investisseurs dans le secteur des ressources naturelles. « La conjoncture actuelle est une opportunité unique pour mettre en place, à court terme, les conditions qui permettront de mettre en valeur cet incroyable potentiel dès le retour du prochain cycle favorable », a indiqué M. Couillard.

Le premier ministre a été invité à partager un repas avec le maire de la mégapole de Shanghaï, une agglomération de 25 millions d'habitants. « Il y a plusieurs zones d'intérêts communs, notamment des développements immobiliers ici à Shanghaï, mais également de l'intérêt pour le marché du carbone et la lutte aux changements climatiques. »

« Il y a sept zones en Chine qui font présentement des projets pilotes de marchés du carbone, poursuit M. Couillard. J'ai hâte de voir son opinion sur cette question-là. »

Profitant de la visite de M. Couillard, la délégation québécoise a récolté 18 ententes et protocoles d'ententes dans les secteurs de l'Éducation, de la science, de la recherche et de la technologie. La société Enerkem a notamment établi un partenariat pour la mise sur pied d'une usine de production d'éthanol avec les déchets générés par la mégapole de Shanghaï. Le partenariat devrait générer des retombées économiques de 325 millions de dollars au Québec.

Le premier ministre a refusé de chiffrer la valeur des ententes intervenues, estimant l'exercice trop hasardeux.

Avec des informations de notre envoyée spéciale en Chine, Martine Biron

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !