•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Saskatchewanaise veut démystifier les troubles mentaux

Dans son livre, la Saskatchewanaise Jennifer Kuchinka parle de sa dépression post-partum et de son traumatisme crânien.

Dans son livre, la Saskatchewanaise Jennifer Kuchinka parle de sa dépression post-partum et de son traumatisme crânien.

Photo : Jennifer Kuchinka

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une femme de la Saskatchewan, qui a dû faire face à des problèmes de santé mentale, a publié un livre pour sensibiliser la population à ce sujet.

Il y a 4 ans, Jennifer Kuchinka, originaire d'Estevan en Saskatchewan, a été hospitalisée en raison d'une psychose post-partum. Elle raconte qu'après s'être enfuie de l'hôpital, elle a été happée par un camion sur l'autoroute. Elle a alors subi un traumatisme crânien et s'est retrouvée dans le coma.

La femme explique qu'elle a traversé une dépression durant sa convalescence et qu'elle a dû faire de grands efforts pour prendre soin de sa fille.

« J'étais très déterminée à reprendre ma vie en main et à être un parent pour elle. J'ai dû apprendre à marcher avant elle, alors j'avais la volonté de faire ces choses. »

« Ma mère plaisante toujours qu'elle m'a vu grandir deux fois, car [après l'accident] j'ai dû apprendre à parler, à m'occuper de mon hygiène personnelle, à prendre soin de moi, mais aussi à prendre soin de ma fille en même temps. »

— Une citation de  Jennifer Kuchinka, auteure

Jennifer Kuchinka raconte son parcours, et les difficultés liées à la dépression post-partum, dans un livre intitulé « After The Truck Hit ». Elle présente son livre à Regina samedi, puis elle sera à Saskatoon dimanche pour un événement organisé par l'Association des traumatismes crâniens de la Saskatchewan.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !