•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le changement de vocation des Carrefours jeunesse emploi inquiète

Des gens dans la rue à Saguenay
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La décision de Québec de changer la vocation des Carrefours jeunesse emploi (CJE) soulève inquiétude et découragement au sein de ces organismes.

Les Carrefours jeunesse emplois, qui accueillent les jeunes de 16 à 35 ans, aident déjà les jeunes chômeurs ou assistés sociaux qui cherchent à intégrer le monde du travail.

Mais ce rôle, auquel Québec veut les confiner, ne représente que la moitié de leur clientèle, selon la directrice générale du CJE Saguenay, Isabelle Gagnon.

« Qu'on pense à un étudiant qui présentement n'a pas nécessairement du chômage ou de l'assistance sociale, qui n'a pas nécessairement un emploi, mais qui a besoin de nous, mentionne-t-elle. Une dame qui est en congé maternité qui veut réorienter sa carrière va passer par chez nous. Il va y avoir un trou de service quelque part, là. »

Dans la région, de 8000 à 10 000 jeunes vont chercher de l'appui et des conseils auprès d'un des trois CJE chaque année.

Avec le changement que compte imposer le gouvernement Couillard, les jeunes qui fréquentent les CJE sans toucher d'aide sociale ou de prestations d'assurance-emploi n'auront plus accès au service, ce qui représente près de la moitié de la clientèle actuelle.

Les responsables tentent donc de convaincre les élus d'empêcher ces bouleversements en les invitant à venir les voir.

Le député péquiste de Chicoutimi, Stéphane Bédard, a répondu à l'invitation. « Pourquoi briser ce qui fonctionne à des coûts qui sont très compétitifs? Ce sont des organisations qui ne coûtent pas cher par rapport à ce qu'elles rapportent. Tu ne peux pas déléguer ça au gouvernement dans le cadre de la rigidité gouvernementale, c'est impossible, souligne-t-il. C'est un ancien président du Conseil du Trésor qui vous le dit. »

Pour sa part, le député de Roberval, Philippe Couillard, n'a pas encore répondu à l'invitation du CJE de Roberval.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !