•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attentat à Ottawa : désaveu de la communauté musulmane estrienne

Geneviève Proulx

La communauté musulmane de l'Estrie dénonce vivement les événements violents des derniers jours. Plusieurs de ses membres suggèrent d'ouvrir le dialogue avec les Québécois, car ils craignent de subir les contrecoups des événements.

Les événements des derniers jours alimentent les conversations à l'épicerie méditerranéenne du quartier ouest de Sherbrooke. Toutes les personnes rencontrées jeudi sont unanimes et déplorent les actes terroristes. « On le dénonce! C'est loin de notre religion », a dit un client rencontré sur place. « Ça ne représente pas du tout le vrai Islam », a ajouté un autre.

Plusieurs craignent que le regard des Estriens envers les 3500 musulmans de la région ne se durcisse.

Pendant que les mesures de sécurité sont renforcées partout au pays, des musulmans de Sherbrooke se sentent eux aussi menacés. Le président de l'Institut des mondes arabe et musulman de l'Estrie, Abdelilah Hamdache, dit craindre des actes de représailles. « Je ne me sens pas en sécurité dans la mosquée. J'ai même verrouillé la porte », a-t-il raconté.

Quant au phénomène de la radicalisation, plusieurs s'entendent pour dire que la solution passe par le dialogue. « Ça veut dire qu'il faut travailler encore plus fort pour sensibiliser, pour montrer aux gens c'est quoi l'Islam », croit le président de l'Association culturelle islamique de l'Estrie, Mohamed Kounna.

Estrie

Justice et faits divers