•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour au Parlement sur fond de fierté et d'émotions

Les députés fédéraux se pressent pour remercier le sergent d'armes Kevin Vickers, qui a abattu le tireur mercredi au parlement
Les députés fédéraux se pressent pour remercier le sergent d'armes Kevin Vickers, qui a abattu le tireur mercredi au parlement Photo: ? Chris Wattie / Reuters
Radio-Canada

Il était 7 heures 30. La lumière de ce jeudi matin mettait en relief les drapeaux mis en berne quelques minutes plus tôt.

Un texte de Marc GodboutTwitterCourriel

Les premiers députés et employés étaient déjà en direction du Parlement.

Certains regardaient vers le ciel, d'autres marchaient d'un pas déterminé, prenant conscience du retour à la réalité au lendemain de la fusillade qui a coûté la vie au caporal Nathan Cirillo.

Voyant d'un nouvel oeil leur environnement quotidien, petit à petit, ils s'ouvraient:

Je suis ému, ému par tout ce qui s'est passé. C'est vraiment un conflit d'émotions, de frustration, la rage qui a suivi, la crainte, mais également le questionnement. Et je suis très heureux qu'on est pris la décision de revenir ce matin.

Guy Caron, député néo-démocrate

D'un bout à l'autre du parlement, les accolades remplaçaient les salutations habituelles entre collègues.

Plusieurs députés ont eu comme premier geste de remercier ceux qui assurent la sécurité du Parlement.

Le ministre d'État Gary Goodyear s'est précipité vers deux gardiens des forces de sécurité parlementaire pour exprimer sa reconnaissance.

Dans le Hall d'honneur où a eu lieu la fusillade, les projectiles ont laissé des traces sur les murs de calcaire.

La gorge serrée par l'émotion,le député Alexandre Boulerice reste ébranlé:

On ne se le cachera pas, c'est pas une journée comme les autres aujourd'hui, c'est des scènes et des sons qui vont rester avec nous pendant très très longtemps. Ça aurait pu être un carnage si ça n'avait pas été de la vigilance des gens qui assure la sécurité ici.

Alexandre Boulerice, député néo-démocrate

Quelques minutes plus tard, dans un geste plutôt exceptionnel, des employés parlementaires ont tenu à prendre place le long du Hall d'honneur pour assister au défilé du Président.

Le son des pas était soudainement brisé par des applaudissements. Cette cérémonie qui précède toujours l'ouverture de chaque séance de la Chambre des Communes a pris ce jeudi une tout autre dimension.

Le sergent d'armes qui ouvre toujours la marche est maintenant perçu comme un héros.

Tout le monde ici sait maintenant que le rôle du sergent d'armes n'est pas que symbolique.

Politique